Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > A propos de la torture, par Bernard Dutoit

A propos de la torture, par Bernard Dutoit

mercredi 11 janvier 2017, par 4ACG , Bernard Dutoit

Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous avons publié le 4 janvier dernier un article intitulé « L’actualité justifie-t-elle la torture ? », suite aux résultats d’un sondage IFOP pour l’ACAT, paru dans La Croix, selon lequel 54 % de la population serait favorable à ces méthodes. Un ami adhérent, Bernard Dutoit, nous fait part de sa réaction.

Lu dans le journal La Croix, sous la plume de Patrice Berger, que d’après un sondage IFOP, 54% des français se déclarent favorables à la torture. Résultat effrayant et particulièrement inquiétant. Merci Monsieur Berger.

Croire que le recours à la torture serait de nature à nous protéger davantage relève d’une pure superstition. Ce recours, sous le fallacieux prétexte de l’efficacité, est illusoire et dévastateur, nous amenant à nous comporter comme des nazis, disait le général Jacques de Bollardière en Algérie .

En tant qu’ancien appelé ayant subi la guerre d’Algérie et engagé contre la guerre, je me permets d’affirmer qu’une guerre, fut-elle punitive et ciblée, n’est jamais propre, et que la torture est non seulement inefficace mais totalement injustifiable et inacceptable. La violence est incapable de résoudre les conflits entre les hommes, elle entraîne toujours d’autres violences.

Lorsque l’on a vécu les embuscades, les accrochages, les copains tués près de nous ou mutilés, la tentation est de s’enfermer dans le désir de vengeance. Notre plus grand ennemi est la haine que nous éprouvons lorsque la violence est autour de nous. Certes ce n’est jamais facile de résister à cette haine et de voir l’autre avec le regard du christ pardonnant à ses bourreaux.

Anciens Appelés contre la guerre, crédibles par notre vécu, essayons d’être toujours des artisans de paix. Osons affirmer notre soutien à l’interdit absolu de torturer quelles que soient les circonstances. Une guerre et ses conséquences est toujours l’horrible additionné à l’horreur. On n’a jamais gagné la guerre, les vainqueurs héritent, comme les vaincus, d’un environnement détruit, de milliers de morts, civils innocents, de très nombreux blessés dans leurs corps et dans leur tête, des veuves, des orphelins.

Tout cela nous donne envie de hurler comme Jacques Prévert : Quelle connerie la guerre ! Plus jamais ça !

Bernard Dutoit, adhérent 4acg du Gers

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.