Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents > Alexis Jenni sur la guerre d’Algérie : « Il y a un angle mort de nos valeurs (...)

Alexis Jenni sur la guerre d’Algérie : « Il y a un angle mort de nos valeurs »

lundi 12 juin 2023, par Michel Berthélémy

Auteur notamment de L’Art français de la guerre et de Féroces infirmes, deux romans hantés par la guerre d’Algérie, Alexis Jenni a participé le 5 juin, au Mémorial du camp de Rivesaltes, à un débat avec Dominique Sopo, président de SOS Racisme, sur le thème : Trajectoires et mémoires antre France et Algérie. À cette occasion, il a été interviewé, pour le media Made in Perpignan, par Hugo Hancewicz, étudiant en journalisme.

Pour le volet historique de vos romans, et plus particulièrement de la guerre d’Algérie, prenez-vous conseil auprès de spécialistes ?  

Je travaille avec des œuvres d’historiens. Mais j’ai aussi travaillé avec Nicolas Lebourg, pour mon roman Féroces Infirmes (1). Je traitais des groupuscules fascistoïdes qu’il pouvait y avoir juste à la fin de la guerre d’Algérie, dans les années 60 en France. Nicolas Lebourg est spécialiste de ce monde-là, et nous avons eu des échanges. Sinon, j’ai aussi beaucoup travaillé sur des mémoires trouvées dans des livres, et des récits sur Internet. Ces témoignages sont un trésor pour un romancier. J’ai aussi travaillé avec Benjamin Stora sur Mémoires Dangereuses (2). Suite à une rencontre, nous avions des choses en commun. Benjamin Store a apporté ses connaissances en matière d’histoire et moi j’ai travaillé sur l’imaginaire sur la guerre.

Pourquoi pensez-vous que la guerre d’Algérie est encore un sujet polémique en France ?

Le fait colonial est quelque chose qui n’est pas encore pensé. Le rapport que nous avons eu avec les populations de l’empire colonial n’était pas clair. Et même après les indépendances, ce n’est toujours pas clair. Nous sommes un pays de tradition républicaine et universaliste, et la colonie n’y répond pas exactement. Il y a un angle mort de nos valeurs dont on ne sait pas quoi faire et qui n’est pas encore résolu. C’est un sac de nœuds qui fait que cette guerre traumatique, qui a concerné des millions de gens, ne s’est pas tout à fait terminée. Il reste des ressentiments, des douleurs et des incompréhensions. Et il est sain de s’en mêler un peu pour essayer de comprendre.

Est-ce votre rôle en tant que romancier ?

Oui, je crois que c’est une mission pour la littérature. Le récit n’a pas été bien fait et le roman national n’a pas bien été écrit.

Qui du personnage ou de l’histoire initie vos romans ? 

Les personnages se sont créés de façon autonome. Par exemple, pour mon personnage principal de l’Art français de la Guerre (3), je voulais raconter l’histoire d’un homme qui est passé des maquis jusqu’à l’Algérie. Ce sont des personnages qu’on trouve dans les livres de Ludovic Schoendoerffer. Ils ont existé dans la réalité, mais qui sont aussi des figures romanesques.

Barjavel ou Orwell sont-ils une inspiration pour vous ?
Non. Ce que je raconte est vrai. Les épisodes et les personnages sont inventés mais tous les faits sont vrais. À tel point que je sème même le trouble chez les témoins véritables des événements. Ils veulent savoir d’où je sors tout ça ! Mais c’est vraiment une documentation de romancier et pas une documentation d’historien.


Pourquoi, à votre avis, la guerre d’Algérie a-t-elle une telle pluralité de mémoires ? 
 

Nous avions parlé avec Benjamin Stora des Mémoires Dangereuses, et il est vrai que cette guerre d’Algérie a créé des mémoires au pluriel. Elles sont assez incompatibles les unes avec les autres et qui continuent de survivre. J’avais compté plus de douze mémoires différentes. Mais aucune de ces mémoires n’est homogène. Quand on lit un récit sur la guerre d’Algérie, il est facile de savoir de quelle mémoire il s’agit.

Pourquoi la guerre et plus particulièrement l’Algérie semblent prendre une part importante dans vos récits ? 

Ce n’est absolument pas personnel ou familial. Quand j’ai commencé à écrire mon premier roman, je voulais créer des aventures épiques. Il y avait donc un gisement romanesque dans ces guerres coloniales, et plus je creusais l’affaire, plus c’était vivant et passionnant. Ce manque de lien personnel, c’est peut-être ça qui m’a permis d’écrire. Je n’ai pas de mémoire à défendre donc j’ai essayé de parler de l’aventure humaine. Il y a des gens qui ont fait des choses extraordinaires et dont il est difficile de faire le récit. C’est donc tout le rôle de la littérature.

Vous a-t-on reproché de vous approprier l’histoire algérienne ? 
Pas du tout. Ce qui est drôle, c’est que ce livre a été bien accueilli de l’extrême gauche à l’extrême droite, en passant par les Algériens et les militaires. Le seul segment de la population qui l’a mal accueilli, c’est la gauche morale, comme Libération et Télérama. Ils ont été très réservés. Je pense que, selon eux, je n’ai pas été assez péremptoire dans mes jugements et que je ne dénonçais pas assez. Or ce n’est pas mon souci que de dénoncer.

(1) Gallimard, 2019
(2) Albin Michel, 2016
(3) Gallimard, 2011

Source :

https://madeinperpignan.com/interview-romancier-alexis-jenni-guerre-algerie/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.