Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Algérie. Affrontements feutrés au cœur du pouvoir

Algérie. Affrontements feutrés au cœur du pouvoir

vendredi 5 mai 2023, par Michel Berthelemy

À mots feutrés, les polémiques entre l’armée et la présidence se poursuivent en Algérie. Au cœur des débats, le renouvellement du mandat d’Abdelmajid Tebboune en 2024. Rien n’est encore joué, mais le journaliste Ihsane El Kadi a été la victime indirecte de cet affrontement

Source : Orient XXI - Jean-Pierre Sereni > 27 avril 2023

Le 17 décembre 2022 paraît à Alger, sous la signature du journaliste Ihsane El Kadi, un article remarqué, qui reflète les doutes de généraux algériens sur l’opportunité de se prononcer sans tarder en faveur d’un deuxième mandat de l’actuel président de la République Abdelmajid Tebboune. Six jours plus tard, le journaliste et patron du dernier groupe de presse indépendant d’Algérie est emprisonné en pleine nuit, ses locaux perquisitionnés et ses 25 salariés expulsés de leur lieu de travail .
En quoi un article de presse menace-t-il « la sécurité » (nationale) et interrompt-il « le fonctionnement normal des institutions » de la République algérienne démocratique et populaire ? En rien a priori, à moins qu’il ne soit publié dans une phase de tension entre deux institutions majeures, la présidence et l’armée.

Un pouvoir, trois piliers

Depuis l’indépendance, le système algérien repose sur un trépied : la présidence de la République en assume, chichement, l’expression publique suivant une règle du secret héritée de la guerre contre les Français il y a plus de soixante ans ; l’Armée nationale populaire (ANP) assure sa sécurité dans les rues d’Alger comme aux frontières du pays. Enfin les « services » dits de sécurité, de renseignement ou de documentation, sont en charge, entre autres, de la surveillance du peuple et du contrôle des serviteurs du régime. Ils en sont l’œil et sont plus ou moins influents selon qu’ils sont unifiés sous une seule férule ou éparpillés en féodalités autonomes et rivales. Suivant les périodes, l’une ou l’autre de ces trois institutions impose ses vues aux deux autres. Depuis dix ans, les cartes ont été largement redistribuées entre elles.
Le trépied a perdu deux de ses pieds. D’abord avec la mise à la retraite en 2015 du patron des services, le général Mohamed Médiène, dit Tewfik, en poste depuis un quart de siècle. Son empire a été démantelé, ses lieutenants écartés et lui-même emprisonné avant d’être réhabilité. À son tour, en avril 2019, la présidence de la République est marginalisée par la démission forcée du président de la République Abdelaziz Bouteflika. Il ne reste du trio initial que le chef militaire, Ahmed Gaïd Salah, qui désigne à l’automne 2019 Abdelaziz Tebboune à la tête de l’État. Patatras, quatre jours après son intronisation, le général et protecteur décède aussi subitement que mystérieusement. Un autre général, Saïd Chanegriha, lui succède, avec qui le nouveau président va devoir s’accorder au fil des jours.

Une demi-douzaine de décideurs pour la présidentielle

Les règles du jeu de 2019 s’appliqueront pour 2024 : les décideurs sélectionneront un candidat que de maigres cohortes d’électeurs approuveront sans barguigner. L’étape capitale n’est donc pas l’élection par le peuple — acquise dès le départ —, mais le choix du prétendant qui sera élu sans difficulté par le suffrage universel pris en main par les services de sécurité. Les décideurs sont tout au plus une demi-douzaine, avec en tête le chef d’état-major, le général d’armée Saïd Chanegriha, les chefs des plus importantes régions militaires de l’ouest, le patron de l’armée de terre, et celui de la gendarmerie nationale qui quadrille le pays.
L’article d’Ihsane El Kadi est d’autant plus mal venu en cette période préélectorale que le bilan de la présidence paresseuse de Tebboune n’a rien d’enthousiasmant pour ses « grands électeurs » militaires. Sur le front diplomatique, domaine important à leurs yeux, il a perdu l’appui de l’Espagne dans le conflit du Sahara occidental, rompu les relations diplomatiques avec le Maroc, favorisé par son inertie l’arrivée des Israéliens sur sa frontière occidentale, et il entretient des relations heurtées qui sont plus personnelles avec Emmanuel Macron que bilatérales entre l’Algérie et la France. L’ampleur de la bronca anti-Macron en France comme sans doute des arrière-pensées à Alger sur son opportunité politique à 18 mois de l’élection présidentielle ont fait reporter le déplacement parisien. Au dernier sommet de la Ligue arabe qui s’est tenu à Alger en novembre 2022, la réintroduction de la Syrie a été bloquée par un veto saoudien sans appel en l’absence du prince héritier Mohamed Ben Salman qui, depuis, néglige ostensiblement Alger. De plus, Tebboune, personnalité peu connue au plan international, a boudé deux sommets internationaux, l’un de l’Union africaine avec l’Union européenne (février 2022), et l’autre de la même UE avec les États-Unis (décembre 2022) et perdu deux occasions de nouer des liens avec ses pairs.
Il est vrai qu’il n’est guère aidé par son entourage : le directeur du cabinet présidentiel a été jusqu’en mars dernier Abdelaziz Khallef, 79 ans, à la santé chancelante, tandis que son conseiller aux affaires extérieures, Abdelhafid Allahoum, un ancien député avec qui le futur président jouait aux cartes l’après-midi durant sa disgrâce, a été expédié récemment comme ambassadeur à Budapest après avoir occupé le plus clair de son temps à faire acclamer son patron par les supporteurs du club de football champion d’Algérie, le Chabab Riadhi Belouizdad (CRB), dirigé par un de ses proches. Avec son nouveau directeur de cabinet Mohamed Nadir Larbaoui, un diplomate qui représentait son pays aux Nations unies à New York, l’équipe présidentielle, plus jeune, devait gérer en mai et juin 2023 deux visites périlleuses du président, en Russie en France, deux pays en conflit presque ouvert en Ukraine.

Un bilan bien maigre

Au plan intérieur, la guerre en Ukraine a sauvé l’économie algérienne de la stagnation en doublant les prix des hydrocarbures, sa seule exportation, ou presque : 42 dollars (38 euros) le baril en 2020, plus de 100 dollars (91 euros) en 2022. Fort de ses 60 milliards de dollars (54,51 milliards d’euros) rapportés en 2022 par la compagnie nationale Sonatrach, le président Tebboune peut espérer tenir ses promesses d’augmenter de 40 % sur trois ans (2022-2024) les revenus de 2,9 millions de fonctionnaires et de 3 millions de retraités qui seront d’ici là, il est vrai, immanquablement « mangés » aux deux tiers par l’inflation (plus de 9 % par an).
La production pétrolière stagne avec un de ses plus mauvais chiffres depuis dix ans et, selon la Banque mondiale, la croissance de l’économie ne dépassera pas 2 % cette année, soit à peine celle de la population, sans parler de promesses inconsidérées d’allocations aux 2 millions de chômeurs diplômés qui encombrent les bureaux de poste au détriment des retraités. Vu de Tagarins, siège du ministère de la défense, il est donc plus urgent que jamais d’attendre avant de reconduire Tebboune, comme le remarque l’article courageux d’Ihsane El Kadi.
Début avril, la controverse rebondit. Dans une interview à la télévision qatarie Al Jazira, Tebboune avance que la sécurité du pays repose d’abord sur une économie puissante. La réplique des militaires ne traine pas, le numéro d’avril d’El Djeich, le mensuel de l’armée, répond qu’en ce monde incertain, la sécurité de l’Algérie dépend plus que jamais de cette dernière. L’épisode signifie-t-il qu’il n’y aura pas de second mandat pour Tebboune ? Il est trop tôt pour le dire et cela suppose que les décideurs, désormais moins nombreux, soient d’accord sur le nom du successeur. Dans le passé, Abdelaziz Bouteflika a gagné trois mandats parce que clans et factions ne parvenaient pas à s’entendre sur un autre nom. Mais aucun journaliste n’avait été atteint au passage par une balle perdue.

Jean-Pierre Sereni

Journaliste, ancien directeur du Nouvel Économiste et ex-rédacteur en chef de l’Express. Auteur de plusieurs ouvrages sur le Maghreb, le Golfe, l’énergie, les grands patrons et la Ve République.

Source :

https://orientxxi.info/magazine/algerie-affrontements-feutres-au-coeur-du-pouvoir,6383

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.