Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Après Maurice Audin et la torture, la France va-t-elle enfin reconnaître les (...)

Après Maurice Audin et la torture, la France va-t-elle enfin reconnaître les crimes d’octobre 1961 ?

jeudi 11 octobre 2018, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

57 ans après, la France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les massacres du 17 octobre 1961, pas plus qu’elle ne l’a fait pour les guerres coloniales et les multiples crimes qu’elles ont générés.

Ce 17 octobre 1961, c’est bien d’un crime d’Etat dont s’est rendue coupable la France à travers ses responsables politiques de l’époque. On connaît le rôle qu’y a tenu le Préfet de police Maurice Papon. On sait peut-être un peu moins que son supérieur d’alors, Michel Debré, alors Premier ministre, a tout fait pour enrayer la recherche d’une solution négociée, que privilégiait le Général de Gaulle. Debré voulait que l’Algérie restât française, et c’est son aveuglement qui a mené aux massacres de centaines de manifestants algériens à Paris et dans sa banlieue. Dans un livre à paraître, Voyage intime au milieu des mémoires à vif, le 17 octobre 1961, Marie-Odile Terrenoire la fille de l’ancien porte-parole de De Gaulle, Louis Terrenoire, s’appuie sur les carnets de son père pour démontrer que, comme le souligne Gilles Manceron, « c’est bien le Premier ministre qui, pour tenter d’empêcher une issue rapide des négociations, et essayer de provoquer une partition de l’Algérie, a décidé (…) de déclencher une guerre à outrance contre le FLN et les Algériens de France ».

Le 17 octobre 2012, le Président François Hollande a reconnu officiellement que « des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. »
Aujourd’hui, il est urgent d’aller plus loin.

Le 17 octobre 2018 nous serons sur le Pont Saint-Michel à Paris en compagnie de très nombreuses associations, pour demander aux plus hautes autorités de l’Etat de reconnaître explicitement et complètement la terrible répression de 1961 et tous les crimes commis pendant la période de la colonisation.

Les lieux de rendez-vous à Paris et banlieue
Pont Saint-Michel à Paris, à 18h 
Pont de Bezons à Colombes 12h30 
Pont de Bezons à Bezons, 18h30 
Pont d’Argenteuil, 19h 
Pont de Clichy à Asnières, 14/15h 
Pont de Clichy à Clichy-la-Garenne, 19h 
Place du 17 octobre à Gennevilliers, 18h 
Place des Droits de l’Homme à Nanterre, 18h30.

Autres rassemblements en régions
Grenoble - Place Edmond Arnaud, Quartier Très-Cloîtres, à 18h, suivi d’une marche vers la Passerelle Saint-Laurent d’où sera jetée une fleur dans l’Isère
Béziers - rassemblement sur le Pont-Vieux à 15h
Rennes - Rassemblement et prise de parole unitaire à 17h30, Passerelle des Jumelages, Quai Chateubriand. Bus et métro République

17 octobre 1961 - 17 octobre 2018
57 ème Anniversaire - Vérité et Justice

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.