Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Bientôt des munitions biodégradables sur les stands de tir de l’US Army (...)

Bientôt des munitions biodégradables sur les stands de tir de l’US Army ?

vendredi 20 janvier 2017, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Les munitions biodégradables, un canular ? Pas du tout ! Le projet est même à l’étude dans les laboratoires américains. C’est ce que nous révèle le journaliste Philippe Chapleau, dans Ouest-France daté du 13 janvier 2017. Avec son autorisation, nous reproduisons ici son article.

Les munitions biodégradables ont toute l’apparence d’une bonne idée ; ça permettrait de ne plus polluer les champs (de tir, de manœuvre et de bataille) et d’éviter de longs et coûteux programmes de déminage. Sauf que la technologie n’existe pas encore et que l’on continuera malheureusement pendant longtemps à utiliser des métaux lourds et des alliages aussi polluants que corrosifs et dont la durée de vie se compte en dizaines, voire centaines d’années.

Pourtant l’intérêt des munitions biodégradables (donc moins dangereuses pour l’environnement mais pas moins pour l’homme ou l’animal qu’elles sont supposées atteindre) n’est pas inédit. Un brevet a même été déposé aux USA, en 2006, par Patrick Epling qui a mis au point une munition soluble dans l’eau froide (« cold water-soluble and biodegradable ammunition »). Un autre brevet, déposé en 2014, propose des munitions de chasse aux étuis biodégradables en thermoplastique constitué par un mélange de deux polyesters.
En France, des munitions biodégradables, sans métaux lourds, existent aussi pour la chasse (avec des bourres solubles dans l’eau), le tir sportif, l’airsoft.

A son tour, le ministère américain de la Défense, le DoD, s’est décidé à apporter sa contribution à la protection de l’environnement.
Lui qui brûle pour près de 15 milliards de dollars par an en carburant s’est déjà penché sur ce sujet. Il a ainsi développé le recours aux biocarburants puisqu’un rapport de la Rand Corporation publié en juillet 2011 le recommandait. Sauf que le « bio-fuel » est cinq fois plus cher que le carburant pour avion traditionnel. Malgré ces prix prohibitifs, l’US Air Force et l’US Navy espèrent que d’ici à 2020, 50 % de leur consommation seront couverts par des biocarburants.
Côté munitions militaires, c’est encore plus délicat. Comme on dit, la munition fait la différence et ses qualités balistiques et perforantes importent davantage que sa capacité biodégradable. Les balles des munitions de guerre peuvent être expansives, blindées, perforantes, à fragmentation, mais les tireurs leur demandent rarement d’être « éco-friendly ».

Le DoD a lancé, fin octobre 2016, un appel d’offres portant sur le développement de munitions d’entraînement biodégradables chargées de graines qui produiront des plantes dépolluantes. Il est vrai que les militaires US passent rarement un coup de balai après des exercices à balles (réelles ou non) et que des tonnes de débris sont abandonnées sur les champs de tir et de manœuvre (pour les champs de bataille, on verra plus tard).

Le blog de Philippe Chapleau

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/01/13/bientot-des-munitions-biodegradables-sur-les-stands-de-tir-d-17449.html

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.