Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Brèves d’infos !

Brèves d’infos !

vendredi 23 septembre 2016, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

mise à jour février 2018

Grève de l’intersyndicale : Alger sous haute surveillance.
Les délégués de l’Intersyndicale de la Fonction publique ont été empêchés, hier, d’organiser un rassemblement dans la capitale qui était quadrillée par la police.

L’Intersyndicale, qui a observé une grève d’une journée, avait prévu cette manifestation pour dénoncer l’atteinte aux libertés syndicales et exiger des mécanismes de protection du pouvoir d’achat. Les accès routiers au centre- ville ont été soumis au contrôle. Les représentants des syndicats autonomes qui devaient se rencontrer à la place du 1er Mai ont été dispersés. Des camions antiémeute ont encerclé toutes les places d’Alger susceptibles d’accueillir les syndicalistes…./…
L’Intersyndicale estime avoir réussi à « paralyser » toutes les structures de la Fonction publique, malgré les mesures prises par les autorités. « La tendance va vers la radicalisation du mouvement de protestation », soulignent les membres de l’Intersyndicale. Une réunion de préparation de la prochaine action de protestation est prévue samedi.

Article El Watan du 16 février2018

A souligner que les syndicats de l’éducation affiliés à cette Intersyndicale ont prévu deux jours de grève, les 20 et 21 février, pour les mêmes revendications.

Restitution des crânes algériens
Le Muséum national d’histoire naturelle de Paris se dit prêt à accompagner le processus de restitution des crânes de combattants algériens tués lors de la colonisation de leur pays par la France au XIXe siècle et conservés dans ses collections
https://www.atlasinfo.fr/Restitution-des-cranes-algeriens-le-Museum-d-histoire-naturelle-est-pret_a88940.html#oqK52UpPPcKFsT2Z.99

Cette génération qui n’a connu qu’un seul président : Avoir 20 ans sous Boutef

Lina, Salah, Maya, Abderraouf, Kawthar, Zakaria, Malik… Ils ont entre 20 et 26 ans. Ils étaient gamins lorsque Boutef a accédé au pouvoir en 1999.
Ces jeunes font ainsi partie d’une génération qui n’aura connu qu’un seul Président, et fortement diminué avec ça, lui dont les deux derniers mandats ont été pénibles pour tout le monde.
Quel regard portent-ils sur cette longue séquence « mugabesque » que sont les années Boutef ? Comment envisagent-ils l’avenir quand des voix de la banlieue du sérail se mettent déjà en campagne pour préparer l’opinion à un 5e mandat ? Parole à ces jeunes en or qui valent toutes les jeunesses dorées…
« Quand j’étais prêt à l’écouter, il a cessé de parler »….
Article El Watan du 24 janvier 2018

Algérie- Les aveux du ministre de l’habitat : Les chantiers à l’arrêt…

Plus de 38 000 logements de type location-vente (AADL) dont 24 850 unités confiées à des entreprises étrangères et 13 600 autres à des entreprises algériennes enregistrent un retard dans la réalisation au niveau de 20 wilayas.
Dans le secteur de l’habitat, les retards de livraison de logements se sont accumulés ces dernières années faute d’un suivi rigoureux. Les projets avaient du mal à être concrétisés. Les souscripteurs avaient de plus en plus de difficulté à discerner entre les effets d’annonce et les réelles avancées.
D’après des chiffres officiels du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la ville, plus de 38 000 logements de type location-vente (AADL) dont 24 850 unités confiées à des entreprises étrangères et 13 600 autres à des entreprises algériennes enregistrent un retard dans la réalisation au niveau de 20 wilayas.
Article El Watan du 14 janvier

L’UNC recrute ! Voyant leurs rangs s’éclaircir au fil des années, les anciens combattants recrutent. L’UNC (Union nationale des combattants) est en pointe sur la question. Elle a créé en 1976 , sous le nom de « Soldats de France », un statut spécial permettant à toute personne ayant fait simplement son service militaire, ainsi qu’aux anciens pompiers et gendarmes, d’intégrer ses sections d’anciens combattants. Le succès n’est pas toujours au rendez-vous, puisque seules quelques sections ont pu ainsi grossir leur effectif. A quand les anciens scouts ou les réformés ?

L’Algérie a demandé, officiellement, aux autorités françaises la restitution des crânes des résistants algériens, conservés depuis près de deux siècles au musée de l’Homme de Paris.
Elle a réclamé, en outre, la récupération des archives datant de la période coloniale. Une mission dont s’est chargé, selon l’agence officielle, le ministre des Affaires étrangères, brisant ainsi un tabou historique entre les deux pays. La démarche a été initiée suite à la dernière visite du Président français Macron et son entretien avec le Président Bouteflika
http://www.depechedekabylie.com/evenement/184781-lalgerie-demande-officiellement-la-restitution.html

Il y a vingt ans, les massacres de Ramka et Had Chekala.
Un article de El Watan nous rappelle l’horreur de ces massacres par des bandes de terroristes, et les conséquences dramatiques pour les habitants qui ont survécu : traumatismes irrémédiables, exode vers les villes, impossibilité même actuellement de revenir dans leurs village.
Article El Watan du 2 janvier 2018.

Dans cette même édition, un édito de Ali Boukhlef dont voici un extrait fait le lien avec l’actualité :
« Car ces victimes, comme celles des massacres précédents, sont innocentes. Elles sont victimes de l’intolérance. Exactement comme l’ont été plus tard les victimes en Syrie, en Irak, en France, en Belgique et plus récemment encore en Egypte. Regarder le passé permet de construire l’avenir. C’est pour cela que vingt ans après ces massacres, une piqûre de rappel est devenue comme une catharsis, un mal nécessaire qui nous permet de comprendre le temps présent. Mais se limiter à ces souvenirs sans s’attaquer au mal peut être dangereux. Car, ceux qui ont commis des massacres il y a 20 ans véhiculaient des idées salafistes. Exactement comme le font les idéologues cathodiques de ces années 2000. Entre les deux, il n’y a pas beaucoup de différences. L’un utilisait le glaive, l’autre emploie des mots assassins pour convaincre d’autres d’aller commettre les massacres à leur place. »

Noël Favrelière est mort

Noël Favrelière est mort le 11 novembre 2017, à l’âge de 83 ans. Il était notamment l’auteur d’un récit autobiographique, Le Désert à l’Aube, où il raconte comment il a permis à un prisonnier algérien d’échapper à la corvée de bois, en organisant sa fuite et en l’accompagnant lui-même pour lui éviter d’être repris par l’armée française. Après quelques mois de cavale, et avoir été condamné à mort par les autorités françaises, Noël Favrelière s’était engagé dans les rangs de l’ALN.
En 2000, lorsque les généraux Massu et Aussaresses reconnaissent le recours à la torture pendant la guerre d’Algérie, Noël Favrelière signe avec onze autres « grands témoins » un appel, dans L’Humanité, à la condamnation de cette pratique pendant le conflit

Le Désert à l’Aube, a été réédité en 2000, aux Editions de Minuit

Le président Bouteflika est « parfaitement en forme » (Le Drian)
Huffington Post 8.12.17
Après Ahmed Ouyahia, c’est au tour du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, d’affirmer que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika est « parfaitement en forme ».
Jean-Yves Le Drian, invité sur France Inter à répondre à une question sur « l’état physique et intellectuel » du président Bouteflika, a expliqué que « le président Macron l’a rencontré et a échangé longuement avec lui sur l’ensemble de la question de la relation bilatérale entre la France et l’Algérie, mais aussi sur la situation dans le monde. Un échange qui était utile, il (président Bouteflika) a parlé avec le président Macron de manière longue et ça a permis d’avoir un échange approfondi sur l’ensemble de nos relations »
http://www.huffpostmaghreb.com/2017/12/08/bouteflika-drian_n_18760988.html

Emmanuel Macron à El Watan : « Je reviens dans l’état d’esprit d’un ami de l’Algérie »

Le président de la République française, Emmanuel Macron, effectue aujourd’hui une visite officielle en Algérie. A cette occasion, il nous a accordé une interview dans laquelle il livre sa vision de ce que devront être les relations entre la France et l’Algérie.

« Avec l’Algérie, la France doit construire un axe fort, un axe autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l’Afrique », ambitionne-t-il. « Nos deux pays doivent s’enrichir mutuellement de leurs expériences, de leurs savoir-faire et de leurs richesses humaine et culturelle », propose-t-il encore.

Article El Watan du 6 décembre.

L’enjeu, c’est 2019. Edito du journal El Watan du 25 novembre.
Les élections locales qui viennent de se tenir achèvent un cycle électoral qui a commencé en 2014. Le pouvoir, qui s’échine à clamer que le pays vit dans la stabilité, refusant de voir un statu quo dont les lendemains sont incertains, a donc réussi le pari de tenir les rendez-vous électoraux dans leurs délais. Il en est ainsi depuis 1997, année officielle du retour « au processus démocratique ». Mais depuis 20 ans, les élections donnent pratiquement les mêmes résultats : en plus de la « victoire » quasi systématique des partis du pouvoir (le duo FLN-RND n’a jamais été remis en cause), nous assistons aux mêmes ingrédients faits de dénonciations de fraude d’un côté et du satisfecit d’avoir « réussi un rendez-vous démocratique » de l’autre…/…
Lire la suite ici

Olivier Lecour Grandmaison. Universitaire
« La reconnaissance des crimes coloniaux a déjà eu lieu dans plusieurs pays »
Avant la très prochaine visite d’Emmanuel Macron en Algérie, le 6 décembre, que faut-il en attendre par rapport au contentieux historique entre la France et l’Algérie ?
A tout le moins qu’Emmanuel Macron, désormais président de la République, respecte la parole d’Emmanuel Macron candidat, lorsqu’il a déclaré, sur la chaîne de télévision Echorouk News en février 2017, que « la colonisation était un crime contre l’humanité ». N’oublions pas cependant que cette forte déclaration a été suivie de propos alambiqués sur le fait que « la France aurait installé les droits de l’homme en Algérie » mais qu’elle aurait « oublié de les lire ».
http://www.elwatan.com/hebdo/france/la-reconnaissance-des-crimes-coloniaux-a-deja-eu-lieu-dans-plusieurs-pays-21-11-2017-357116_155.php

Sahara occidental : Mohamed Salem Ould Salek réagit au propos du roi du Maroc
« La voie intransigeante et enfantine que suit le roi du Maroc mènera droit la monarchie Allaouite vers la dérive », pense le chef de la diplomatie sahraoui, Mohamed Salem Ould Salek.
Le ministre des Affaires étrangères de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), a violemment réagi au dernier discours de Mohamed VI qui réaffirmait qu’aucun règlement du dossier du Sahara Occidental n’est envisageable en dehors de la souveraineté de son pays. « Le Maroc navigue à contre-courant », a dénoncé, hier, Ould Salek, lors d’une conférence de presse tenue à Alger. Pour le ministre des AE de la RASD, le discours du roi à l’occasion de commémoration de l’invasion de la République sahraoui « est le moins que l’on puisse dire désespéré et reflète l’idiotie dans ses plus profondes expressions ». « La voie intransigeante et enfantine que suit le roi du Maroc mènera droit la monarchie Allaouite vers la dérive », ajoute le conférencier, expliquant que la violation de l’accord signé par son père Hassan II après 16 ans de guerre et l’ignorance des décisions de la communauté internationale, accentuera la pauvreté des marocains et conduira le royaume chérifien à l’isolement sur le plan international, régional et africain.
Le temps d’Algérie, 9 novembre 2017
https://www.letempsdz.com/index.php/132-actualite/194731-%C2%ABun-discours-d%C3%A9sesp%C3%A9r%C3%A9-et-empreint-d%E2%80%99idiotie-%C2%BB

Afrique : Comment décoloniser les mentalités ?
C’est parce que le colonialisme est un phénomène historique qui a touché plusieurs nations que des spécialistes sont venus donner leurs visions sur ce sujet délicat, lors d’une rencontre, organisée, mercredi après-midi, au Salon international du livre d’Alger.
C’est dans la salle du Sila qu’une assistance nombreuse est venue assister à cette conférence fortement intéressante, intitulée « Autopsie du colonialisme », animée par des universitaires et chercheurs algériens et étrangers. Cette conférence a été présidée par l’éditeur algérien Rachid Khettab.
Le chercheur algérien, Hamid Fouad Soufi, indique d’emblée que nous n’avons rien fait pour analyser ce que pouvaient être le système colonial et le colonialisme en Algérie. « On a étudié, dit-il, leurs effets mais on n’a pas cherché leurs causes. Et du coup, certains disent que si nous avons été colonisés, c’est parce que nous étions colonisables.
http://www.elwatan.com/actualite/afrique-comment-decoloniser-les-mentalites-03-11-2017-355917_109.php

Tourner la page de la Guerre d’Algérie : Paroles d’appelés
Écrire une page d’histoire avant de la tourner, c’est l’ambition affichée par les auteurs du livre collectif Tourner la page de la Guerre d’Algérie : Parole d’appelés, paru récemment en auto-publication soutenue par l’Association française des anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre (4ACG).

http://www.elwatan.com/-00-00-0000-355741_155.php

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.