Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents > Ce livre « Guerre d’Algérie, Guerre d’indépendance. Paroles d’humanité » on (...)

Ce livre « Guerre d’Algérie, Guerre d’indépendance. Paroles d’humanité » on l’attendait tous !

lundi 26 août 2013, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

Il est paru en juillet 2012, aboutissement de deux ans de travail régulier pour une équipe d’une dizaine de membres de 4acg, et la participation occasionnelle de bien d’autres personnes.

Le résultat est là :

  • un recueil de témoignages forts sur ce conflit en Algérie, mêlant diverses voix : anciens appelés, rappelés, réfractaires, les membres de leurs familles, pieds noirs, harkis, moudjahidin…
  • des repères historiques, précis et facilement consultables.
  • deux préfaces de Raphaëlle Branche ( historienne française) et de Ouanassa Siari Tengour (historienne algérienne)
  • deux conclusions, de Bachir Hadjadj, écrivain algérien, et Jean-claude Doussin, ancien appelé.

Voilà une œuvre commune qui libère, qui ouvre le dialogue, dans l’écoute et le respect de l’autre.

Plus de 2700 exemplaires du livre vendus en un an, et il est toujours disponible, car déjà plusieurs fois réimprimé.

Lisez-le, offrez-le, faites-le connaître.

« Guerre d’Algérie, Guerre d’indépendance. Paroles d’humanité », auteur : association des 4acg, éditions L’Harmattan, collection : histoire de vie.

Vous le trouverez chez votre libraire, dans les centres culturels, ou le commander sur internet ou chez L’harmattan.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=37723

Et puis, n’hésitez pas, faites-nous part de vos commentaires.

Bonne lecture et merci d’avance !

Anne Doussin

Les récits non publiés dans le livre “Guerre d’Algérie, Guerre d’indépendance. Paroles d’humanité”, ainsi que les nouveaux témoignages qui parviennent au Comité de lecture, se trouvent sur le blog, Guerre Algérie Mémoires à suivre : http://memoiresasuivre.blogspot.fr/

Voir aussi :
“Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance, paroles d’humanité”, par la 4acg
http://www.4acg.org/Guerre-d-Algerie-guerre-d-independance-paroles-d-humanite-par-la-4acg

Messages

  • Bonjour,
    Merci pour tout ce que vous faites !
    Je suis à l’étranger pour le moment, j’acquérirais le livre à mon retour !
    J’espère aussi faire partie de votre association à mon retour, j’adhère à votre philosophie !
    Merci à vous
    Fatiha

  • Voici un courrier adressé par un lecteur du livre. L’auteur du courrier a participé à différents convois humanitaires lors du conflit en Bosnie, il est donc très conscient des dilemmes et des pièges auxquels se trouvent confrontés les protagonistes et des violences généralisées de ces conflits.

    Le 5 novembre 2013
    Aux auteurs de « Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance » L’Harmattan – 2012
    Messieurs,
    Je viens de lire votre livre et vous devez être remerciés par tous ceux qui en eux cultivent la paix et essaient de faire partager et transmettre cette culture de la paix.
    Quelle tristesse de penser que, sans la défaite de Napoléon III, peut-être n’y aurait-il jamais eu cette haine accumulée et qui créa les conditions pour la révolte. Il m’a fallu arriver à 50 ans pour apprendre que Napoléon III avait pris position en faveur des saints-simoniens qui prônaient l’apport des connaissances scientifiques de l’Europe et donc de la France vers l’Algérie, mais aussi refusaient la prise des terres des indigènes par les européens qui venaient pour s’y installer.
    Quelle tristesse de constater l’incapacité de la France d’écouter les intellectuels algériens francophones et qui revendiquaient une reconnaissance, un respect, l’égalité des droits pour l’indigène maintenu dans un statut d’infériorité. C’était ouvrir la porte à la révolte, à la violence.
    Quelle tristesse que les objectifs dans la lutte armée furent des actes barbares envers des victimes innocentes et non des attaques vers des centres du pouvoir colonialiste. Il fallait l’horreur, cette horreur qui était admise (comme elle continue d’être utilisée partout dans le monde et en Algérie) pour servir la cause considérée comme juste. Mais l’horreur appelle l’horreur, la haine appelle la haine etc…
    Quelle tristesse de voir tant de personnes, tant de jeunes, pris en otage par un camp ou l’autre,et parfois par les deux : appelés du contingent,enrôlés des groupes rebelles,harkis et supplétifs quand ce n’était pas les enfants, les femmes,les vieillards.
    Tous les témoignages et récits montrent bien la complexité des situations,le vécu intime qui fait que « l’ otage » de ce conflit ne peut ensuite parler de ses peurs, de ses hontes, et votre livre leur a libéré la parole en leur faisant prendre conscience qu’ils étaient « victimes ». Il est vrai qu’on peut regretter l’absence de récit sur « l’intime » de fellhagas. Il est,je crois,difficile pour ces derniers de parler librement de leur histoire, comme pour l’ancien appelé de France.
    …/…
    En toute amitié,
    M.L.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.