Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Commémoration du 17 octobre 1961

Commémoration du 17 octobre 1961

vendredi 20 octobre 2017, par Michel Berthelemy , 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

La commémoration de la tragédie du 17 octobre 1961 a réuni plusieurs centaines de personnes à Paris, sur le Pont-Saint-Michel.

Le matin, l’ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, et la maire de Paris, Anne Hidalgo ont participé à une cérémonie de recueillement, en présence d’une foule nombreuse constituée d’élus locaux, de moudjahidines, et de membres de familles de victimes. Une minute de silence a été observée après le dépôt de plusieurs gerbes de fleurs dans une ambiance pleine d’émotion.
Dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie, la maire de Paris a indiqué qu’elle « reste fidèle à cette histoire commune, à cette histoire qui a ensanglanté Paris », soulignant que « notre histoire, y compris dans ce qu’elle a de tragique, doit être reconnue dans sa vérité pour qu’on puisse avancer ensemble ». « Je crois qu’il est très important de pouvoir reconnaître la vérité historique pour se projeter dans l’avenir » a-t-elle encore affirmé.

Dans la soirée c’était au tour des associations, dont la 4acg largement représentée, et de la population de se rassembler en hommage aux victimes de cette répression sanglante. Quelque deux à trois cent personnes, ayant répondu à l’appel de très nombreux mouvements et associations, ont pu écouter leurs représentants demander au Président de la République qu’il reconnaisse enfin officiellement le crime d’État perpétré ce 17 octobre 1961 par le Pouvoir français de l’époque.

De son côté, Henri Pouillot, du MRAP, a souhaité « un mémorial complet sur les victimes du massacre du 17 octobre 1961 ». « De tous les crimes contre l’humanité, les crimes d’État et de guerre commis par la France en Algérie, aucun n’a été reconnu jusqu’à aujourd’hui », a-t-il regretté, soulignant la nécessité de les condamner et les reconnaître. « On n’a pas le droit de donner des leçons au monde entier en matière des droits de l’homme, alors que ces crimes sont de fait acceptés »

JPEG

Commémoration du 17 octobre 1961 à Besançon, pont battant, le 17 octobre 2017
Vidéo Besançon 4acg à 5:00 (cliquer sur le bouton de droite pour le son). Intervenant Jean-Jacques Boy du CDDLE (Collectif de défense des droits et libertés des étrangers).

Source : Saysamay Soubinh
https://www.facebook.com/100015163625163/videos/300175273831258/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.