Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents (bibliographie, filmographie…) > Dans la foulée du 13 mai 1958 à Alger, une expérience pédagogique encore mal (...)

Dans la foulée du 13 mai 1958 à Alger, une expérience pédagogique encore mal connue en direction des jeunes

samedi 11 novembre 2017, par Madeleine Binet

Version imprimable de cet article Version imprimable

Un ouvrage récent « Femmes, militaires, jeunesse et éducation dans la guerre d’Algérie » relate une initiative encore très peu connue, destinée dans le cadre de la « contre-insurrection », à encadrer des adolescents, garçons et filles, non-scolarisés.

Ce livre sur l’histoire du Service de Formation des Jeunes en Algérie est le fruit d’une recherche collaborative menée avec l’association nationale Service de Formation des Jeunes en Algérie (SFJA). Le SFJA a été conçu en 1958 à la suite de la crise du 13 mai. Si à l’origine son objectif était d’encadrer les adolescents non scolarisés dans la cadre de la contre-insurrection, à la suite du discours de Constantine ses missions furent élargies pour en faire un des acteurs de la généralisation de la scolarisation en Algérie, le S.F.J.A intervenait là où l’éducation nationale n’était pas présente.
Organisme hybride, civil et militaire, son rôle était de prendre en charge l’instruction générale et pré professionnelle des jeunes non alphabétisés. Le SFJA a été une expérience inédite d’une politique menée au titre de la jeunesse dans un contexte de contre-insurrection, la volonté des pouvoirs publics étant de lui faire porter un discours en faveur de « l’Algérie nouvelle » puis de « l’association ». Pour ce faire des équipes mixtes de monitrices (« européennes » et « musulmanes » selon les termes de l’époque) furent organisées pour travailler avec les filles et les femmes afin de les instruire et de faire passer le message de l’intégration. Les monitrices du SFJA sont parmi les premières femmes envoyées par l’armée en zone opérationnelle pour travailler au contact entre civils et militaires, à l’image des « unités de mission féminine » créées en 2009 par les États-Unis pour intervenir en Irak et en Afghanistan. En effet cette histoire méconnue inspire aujourd’hui des stratèges. Pour réaliser cette recherche, les archives civiles et militaires ont été confrontées à l’expérience des témoins. Le livre propose ainsi une écriture originale articulant l’histoire du S.F.J.A à une biographie collective des ex-monitrices sous la forme d’un récit choral, permettant de connaître au plus près les formes prises par cette politique de la jeunesse, pour les filles et les garçons, dans le contexte de la fin de la guerre d’Algérie.

Femmes, militaires, jeunesse et éducation dans la guerre d’Algérie
L’expérience du Service de Formation des Jeunes en Algérie
de Luc Capdevila
Informations complémentaires et diffusion : SFJA, 23 rue des Paradisiers, 34000 Béziers

Disponible aux : PUR ÉDITIONS

Coup d’État du 13 mai 1958

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.