Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > De tout un peu : les infos de la semaine

De tout un peu : les infos de la semaine

dimanche 12 novembre 2017, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

Cette rubrique se propose de glaner pour vous, à mesure qu’elles nous parviennent, les informations, les manifestations et rencontres susceptibles de vous intéresser. Il ne vous est pas interdit, bien au contraire, de nous aider à alimenter ce nouveau rendez-vous. Merci d’avance ! (vous pouvez laisser un message en bas de page)

Sortie du film « En attendant les hirondelles » le 8 novembre 2017.
( Film de Karim Moussaou)
Aujourd’hui, en Algérie. Passé et présent s’entrechoquent dans les vies d’un riche promoteur immobilier, d’un neurologue ambitieux rattrapé par son passé, et d’une jeune femme tiraillée entre la voie de la raison et ses sentiments. Trois histoires qui nous plongent dans l’âme humaine de la société arabe contemporaine.
Bande Annonce

Présentation par Karim Moussaoui.

Les normands filment la jeunesse algérienne dans les années 50, film-débat
Projections de films amateurs inédits issus des fonds de la Mémoire audiovisuelle du Pôle image de Normandie, réalisés par l’aumônier Charles de Maistre (1900-1987) et par Jean-Jacques Saussay et Pierre Cordier, appelés du contingent à l’époque, en leur présence. Cette sélection montrera les différentes facettes du quotidien de la jeunesse algérienne (dans les villes, les campagnes, au travail, à l’école) en lien avec l’exposition « L’école en Algérie, l’Algérie à l’école ». Présentation : Agnès Deleforge (Pôle Image) et Bertrand Lécureur (MUNAE).
Dimanche 19 novembre à 15h Centre de ressources 6 rue de Bihorel 76000 Rouen
https://www.reseau-canope.fr/musee/fr/connaitre/les-evenements/evenement/les-normands-filment-la-jeunesse-algerienne-dans-les-annees-50-1.html

Daniel Ali, un instituteur révolté dans l’algérie coloniale
cinéma-débat

Film de Maurice Ferlet et Georges Vérin.
Au nom des valeurs héritées des Lumières, Daniel Ali Vérin, jeune instituteur français d’Algérie, prend fait et cause en 1954 pour la révolution algérienne et s’engage dans le Front de Libération Nationale (FLN) puis dans l’Armée de Libération.
Ce film retrace le parcours de ces hommes et de ces femmes, qui, dans les milieux intellectuels français, et plus particulièrement dans le monde des instituteurs en Algérie, ont contribué à l’indépendance de ce pays. Séance suivie d’un débat.
Jeudi 30 novembre à 20h Cinéma l’Ariel Place Colbert, 76130 Mont-Saint-Aignan

« Ma guerre d’Algérie », « Notre guerre d’Algérie » : un double DVD disponible dès maintenant
Avec « Ma guerre d’Algérie », Bernard Gerland porte un témoignage fort sur son expérience traumatisante en Algérie. Accueilli avec émotion dans toute la France, son spectacle est invité dans les théâtres, Centres culturels, lycées et collèges. Sa version video se complète aujourd’hui d’un film documentaire de 52mn réalisé par Christian Nadin, intitulé « Notre guerre d’Algérie ». Dépassant le cadre de la Guerre d’Algérie, le film aborde les thèmes de responsabilité individuelle, de mémoire, de transmission, de réconciliation.
Les deux spectacles (représentation théâtrale et projection du film) peuvent être envisagés séparément ou conjointement.
Contacts : parlons-en club-internet.fr - 04 78 37 79 62
christian.nadin free.fr - 06 17 73 81 58

Mohamed Tahar Zeggagh vient de publier « Vérités sur les crimes de l’OAS en Algérie. Dossier spécial Archives et contribution à la mémoire historique du peuple algérien, 1961-1962 ». Présenté au dernier SILA (Salon international du Livre d’Alger), ce livre a la particularité de ne fonder ses sources d’information que dans les articles publiés à l’époque par la presse française. Un choix délibéré que cet ancien cadre du FLN justifie par un souci d’objectivité, écartant tout soupçon de parti-pris nationaliste.Actuellement, l’ouvrage est publié et diffusé uniquement en Algérie, aux éditions Anep.
http://www.lexpressiondz.com/article/0/0-0-0/279112.html

Collonge-en-Charolais

Mardi 21 novembre, à 20h30, à la Salle des Fêtes, projection du film d’Emmanuel Audrain, Retour en Algérie , en présence du réalisateur. Dans le cadre du festival « Docs en goguette ». www.docsengoguette.com

Paris

Irréductibles Sahraouies, femmes et hommes en résistance, présenté le 7 novembre au cinéma La Clef à Paris.
Faire sortir de l’ombre la résistance populaire au Sahara occidental,, qui se perpétue de génération en génération comme la défense naturelle d’une société violentée, tel est le but de la soixantaine de récits de vies que Michèle Decaster a collectée depuis 2002. Un ouvrage illustré de nombreuses photos.
Irréductibles sahraouies, de Michèle Decaster, est édité par La Grange. Soirée de présentation le mardi 7 novembre au cinéma La Clef, 34 rue Daubenton, dans le 5e, en présence de l’auteure.

Paris

Le Centre Culturel Algérien, à Paris, présente durant tout le mois de novembre l’exposition réalisée par Pierre Verbraeken, membre de la 4ACG, sur les appelés en guerre d’Algérie.
Centre culturel algérien, 171 rue de la Croix-Nivert, Paris 15e, métro Boucicaut ou Convention.
C’est la présentation de l’expo dans les locaux de la mairie du 2e à Paris, pour laquelle ils s’étaient déplacés, qui a incité les responsables du Centre culturel à la présenter à leur tour

le maire du 2e échange avec Françoise Verbraeken

Vernissage de l’exposition « Un appelé en Algérie se souvient » le 3 novembre 2017 : https://fr-fr.facebook.com/events/136005313791601/

La Guerre de mon père
Prochaines représentations du spectacle La guerre de mon père au Hall de la chanson en novembre :
• scolaire : : 24 novembre à 14h30
• tout public : : 24 et 25 novembre à 20h
Le Hall de la Chanson
211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris
Les enseignants intéressés par la représentation scolaire sont invités à contacter pauline mabeloctobre.net
un teaser du spectacle est disponible ici : https://vimeo.com/196561866

TEASER La guerre de mon père from Mabel Octobre on Vimeo.

Nous et les autres . Du préjugé au racisme
Avec la volonté d’apporter un éclairage scientifique sur les comportements racistes et les préjugés, le Musée de l’Homme réaffirme son identité, celle d’un lieu de débats, d’échanges et de transmission des savoirs.
Au croisement de l’anthropologie, de la biologie, de la sociologie et de l’histoire, l’exposition s’appuie sur des études menées par les chercheurs en sciences de l’Homme et de la société. Elle propose un parcours accessibleà tous, qui s’attache à décrypter
pourquoi et comment se mettent en place de tels phénomènes dans des sociétés, à un certain moment de leur histoire.
Dans une scénographie immersive originale qui place par exemple le visiteur au cœur d’une salle d’embarquement d’aéroport ou d’une terrasse de café, le public est invité à comprendre les mécanismes individuels et collectifs qui conduisent au rejet des « autres », et à prendre conscience des discriminations dans la société française aujourd’hui.
Avec « Nous et les autres – Des préjugés au racisme », le Musée de l’Homme donne des clés de compréhension à ses visiteurs et encourage leur réflexion personnelle pour déconstruire les préjugés qui persistent dans les consciences.
Où ? Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro et du 11-Novembre, 75116 Paris
jusqu’au 8 janvier 2018.
http://www.museedelhomme.fr/fr/visitez/agenda/exposition/nous-autres-prejuges-racisme

Presse

Du nouveau sur le 17 octobre 1961

La répression des Algériens désarmés désobéissant au couvre-feu discriminatoire qui leur était imposé est maintenant connue. On sait que le chiffre officiel de trois morts était mensonger et qu’elle a fait plus de 150 morts. Mais l’explication de l’événement progresse grâce aux notes laissées par le porte-parole du général de Gaulle, Louis Terrenoire, témoignage de première main qui montre l’hostilité du premier ministre, Michel Debré, à la paix avec le FLN et son rôle déclencheur dans ce drame.

https://blogs.mediapart.fr/gilles-manceron/blog/161017/du-nouveau-sur-le-17-octobre-1961#_ftnref3

Grenoble

« Que reste-t-il du passé colonial ? »
Université populaire Villeneuve - Un cycle d’échange, de réflexion et de formation ouvert à tous, qui débute le 13 octobre 2017.
Voir le programme complet.

Un nouveau livre de Gilbert Meynier
Gilbert Meynier, L’Algérie et la France, deux siècles d’histoire croisée. Essai de synthèse historique, Paris : l’Harmattan (collection Bibliothèque de l’iReMMO, n° 28.
Quatre parties à ce livre : la tradition historiographique française coloniale, le système colonial entre politique et primat des armes, l’évolution historique de l’Algérie, et enfin les réactions des Algériens contre l’ordre colonial.
https://www.kabyle.com/articles/gilbert-meynier-lalgerie-france-deux-siecles-dhistoire-croisee-26364-24092017

Béziers

Le 25 novembre, une projection Les balles du 14 juillet 1953 de Daniel Kupferstein à la médiathèque de Béziers

Rouen

L’école en Algérie, l’Algérie à l’école. Du 08/04/2017 - Au 02/04/2018
Une occasion unique de se replonger dans plus de 180 ans d’histoire de l’école en Algérie et en France et de croiser des destins d’écoliers, d’étudiants, d’enseignants, simples ou illustres, d’une rive à l’autre… Photos, tableaux, objets, documents et témoignages inédits nous font découvrir les réalités d’ici et d’ailleurs.
L’histoire de l’école dans l’Algérie coloniale est celle d’une cohabitation complexe, difficile et souvent conflictuelle entre plusieurs systèmes d’enseignement. Dans le même temps, l’Algérie a occupé, par le biais de l’école, une place considérable dans l’imaginaire métropolitain. C’est cette double réalité que cette exposition cherche à mettre en valeur.
Où ? Musée national de l’Éducation,185 rue Eau de Robec, 76000 Rouen
https://www.reseau-canope.fr/musee/fr/connaitre/les-expositions/exposition/lecole-en-algerie-lalgerie-a-lecole.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.