Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Des harraga veulent retourner au pays

Des harraga veulent retourner au pays

mercredi 10 février 2021, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

El Watan.com, 6 février 2021

En 2020, l’Espagne a enregistré l’arrivée sur son sol de 41 000 migrants, dont 11 200 de nationalité algérienne, selon le rapport Caminando Fronteras, l’organisation non gouvernementale espagnole.

La même ONG a recensé 23 naufrages sur la route menant des côtes algériennes vers les côtes des îles Baléares et d’Almeria », tout en précisant qu’« au moins 230 harraga sont morts en tentant la traversée vers l’Espagne ».

Quant aux disparus, jusqu’au 20 décembre dernier, ils seraient au nombre de 89, tous originaires du centre du pays.
Fait inquiétant, en ce sens que, selon le Centre international pour l’identification de migrants disparus de Malaga (CIPIMD) et l’organisation Heroes del mar d’Alméria (Héros de la mer), « les autorités espagnoles affirment qu’ils (les disparus) ne sont pas sur leur territoire… » Où seraient-ils ? L’éventualité de leur détention en Tunisie reste à vérifier.
Aucune source crédible n’a pu confirmer ou infirmer cette information. « J’ai passé un temps fou à écrire et téléphoner aux avocats tunisiens, associations, etc. Pour l’instant, on me dit que c’est irréaliste et je comprends que les parents algériens y croient, mais il nous est difficile de vérifier tout cela », indique notre consœur, l’écrivaine et l’activiste Marie Cosnay.

Il est à rappeler que l’Algérie est l’un des pays africains à avoir signé des accords avec l’Espagne pour le retour de ses ressortissants vivant irrégulièrement en terre ibérique.
En décembre dernier, 120 harraga ont été expulsés vers l’Algérie (port de Ghazaouet) à bord de trois bateaux. 

Il y a chez des harraga, en difficulté en Europe, un fort désir de retour au pays. Début janvier, des jeunes sans papiers, arrivés à bord d’embarcations en Espagne il y a six mois, ont interpellé les autorités algériennes pour les rapatrier au pays. « Nous sommes dans la rue depuis six mois. Nous subissons les affres de l’hiver et les risques de la pandémie. Nous nous sommes trompés en venant en Europe, nous le regrettons. Nous en avons marre, nous voulons rentrer chez nous. » Pour prouver leur identité algérienne, les jeunes ont exhibé les photocopies de leurs passeports.

Il y a une semaine, dix jeunes de Maghnia qui avaient gagné les côtes espagnoles, au début de cet hiver, sont retournés en Algérie, à bord du même moyen qui les avait ramené en Espagne, un boté.
« On s’est aventuré pour aller en enfer, on a tenté la même aventure pour s’en sortir, je ne conseille à personne de prendre la mer, surtout en hiver. Restons dans notre pays et essayons de le changer », souligne Djamel, 27 ans. 

https://www.elwatan.com/a-la-une/des-harraga-veulent-retourner-au-pays-06-02-2021


Un harrag (harraga, au pluriel) est un migrant clandestin, qui prend la mer depuis les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye) à bord de pateras (Boutti en arabe algérien) ou d’autres embarcations (bateaux de pêche, bateaux pneumatiques à moteur) ou clandestinement dans des cargos, pour rejoindre illégalement la Sardaigne, les côtes andalouses, Gibraltar, la Sicile, les îles Canaries, les enclaves espagoles de Ceuta et Melilla, les îles italiennes de Lampedusa, Linosa et Pantelleria ou encore Malte.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Harrag

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.