Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > On aime, on partage ! > Deux poèmes de Jean Riboulet, adhérent 4acg

Deux poèmes de Jean Riboulet, adhérent 4acg

vendredi 23 juillet 2021, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

Jean Riboulet, adhérent à la 4acg, nous a fait parvenir deux poèmes dont il est l’auteur, que nous partageons avec vous…

On a poussé Brahim dans le fleuve.

La haine tue
La haine noie
Au long du fleuve noir
Égout gigantesque
Qui charrie l’horreur
La Seine pue
Brahim pleure
Non pas ça !
L’eau charrie des corps
Des corps de jadis
Ceux d’un temps hideux
Non pas ça !
L’eau glauque a pris le sien
D’un tourbillon raciste
La Seine charrie la peur
Sur le quai un rictus
Un regard rageur jouit
Une main satisfaite
Se lève et salue. Heil !
Les mots charrient la haine.

Écrit en mai 1995
Repris dans le recueil «  Les ongles sous la peau  », de Jean Riboulet
EDITIONS PIERANN octobre 2001

Plainte pour Ibrahim

Staccato de la haine
Rap sinistre de la mort
L’arme hideuse du fascho
Claque vers le dos courbé de peur
Qui pleure la couleur de sa peau
Ténue au pied de l’affiche
Putain de race qui meurt
Qui tremble qui hurle trouille
Se cache fuit et se fuit
Dieu d’ici ou d’ailleurs
Pourquoi as-tu pétri cette différence
Qui attire le crachat
L’opprobre et le néant
Ibrahim le racisme t’a crevé l’échine
Aussi vite que les balles qui le portaient
Flingue contre rap
Grenaille contre jeunesse
Calibre contre les mots.
Équilibre saccadé injuste rap des Comores
Que la légitime défense parait-il
Interrompt vers le silence définitif
Fasciste sur ton crachat puant
Les ricochets de mes armes verbales
Sont inoffensifs
Ma révolte n’est que ventrale
Craint pourtant qu’un jour
L’acier ne s’y glisse
Ta place comme celle de bon maître
N’est pas cathodique
Elle ne mérite que les culs-de-basse-fosse
De l’oubli du mépris de la honte
J’ai envie de vomir et je mue
Je m’assombris je me comorise
Je suis noir dans ma tête
Dans mon cœur et sur ma peau
Ibrahim mon frère mon fils
Tu avais tort d’être jeune black et nocturne
Écoute le rap de mes pleurs

Écrit le 1ᵉʳ mars 1995
Repris dans le recueil «  Les ongles sous la peau  », de Jean Riboulet
EDITIONS PIERANN octobre 2001

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.