Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > En France, un vent mauvais soufflerait-il contre les musulmans

En France, un vent mauvais soufflerait-il contre les musulmans

mardi 5 avril 2022, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Selon l’avocat Rafik Chekkat, dans Orient XXI, un vent mauvais soufflerait en France contre les musulmans

Orient XXI, Rafik Chekkat, 31 mars 2022

"Un vent mauvais souffle sur les droits et libertés en France, et les musulmans sont pris dans cette tempête. Dissolution après dissolution, loi après loi, année après année, les majorités successives relèguent la minorité musulmane la plus importante en Europe à une citoyenneté de second rang.

Séparatisme ou liberté d’expression ?

En France, chaque initiative venant des musulmans est assimilée au communautarisme, à une remise en cause de la liberté d’expression ou de la laïcité, ou à une manifestation de l’islam politique. C’est ainsi que des mosquées, des associations humanitaires ou de défense des droits, des écoles, des éditeurs, des clubs de sport ou encore de simples snacks ont fait l’objet ou sont visés par des procédures de dissolution ou de fermeture. Une répression tous azimuts, facilitée par l’adoption en août 2021 de la loi contre le « séparatisme », rebaptisée « Loi confortant le respect des principes de la République ».
L’hétérogénéité des cibles et le bricolage juridique de certains motifs de dissolution ou de fermeture ne laissent aucun doute sur les motivations de la répression en cours : sanctionner tout discours musulman critique dans une volonté affirmée et constante de neutralisation de l’espace public. C’est ainsi que Gérard Darmanin s’est par exemple félicité récemment d’avoir gelé les avoirs de quelque 200 associations « proches de la mouvance séparatiste ». La parole musulmane est muselée au nom même de la sauvegarde de la liberté d’expression, tandis qu’on organise la séparation et politise tout fait en lien avec l’islam au nom de la lutte contre le « séparatisme » et l’« islam politique ».

Museler la parole

Le thème de la liberté d’expression occupe une place centrale dans le régime discursif islamophobe. Les personnes musulmanes et « leurs complices » sont érigés en menace principale contre cette liberté et sans cesse accusés de vouloir empêcher toute discussion sur leur religion. Le terme même d’islamophobie est vivement contesté, et perçu à certains égards comme une tentative de censure. Le moins qu’on puisse dire est que celle-ci fonctionne mal. L’omniprésence de la question musulmane dans le débat public et la campagne présidentielle en cours révèle a contrario la marginalité politique de celles et ceux qu’on présente comme des menaces au pluralisme démocratique. On parle constamment des musulman.e.s dans les grands médias tout en répétant qu’on ne peut jamais en parler.
La question des caricatures et du « blasphème » a longtemps constitué le point de cristallisation de ce qui a été décrit comme une volonté de circonscrire le débat public. Si les termes du débat étaient déjà posés avant cela, les tueries de Charlie Hebdo et l’assassinat de Samuel Paty ont de toute évidence rendu l’examen de ce sujet plus délicat encore. Affirmer toutefois que le fait, pour des musulman.e.s, d’exprimer leur réprobation de dessins jugés insultants constitue en soi une atteinte à la liberté d’expression, c’est oublier que la formulation pacifique de cette réprobation fait partie de cette même liberté d’expression.

Alors que la discrimination gouvernementale a gagné en intensité depuis l’automne 2020, la dénonciation même de cette répression est stigmatisée. Évoquer l’islamophobie, plus encore l’islamophobie d’État, ne relèverait plus de la liberté d’expression, mais d’un « séparatisme islamiste » érigé en menace principale pour la République. Le décret portant dissolution de l’association Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI) du 20 octobre 2021 reproche notamment à cette structure d’œuvrer « activement, en particulier par l’intermédiaire des réseaux sociaux, à cultiver le soupçon d’islamophobie au sein de la société française. »

article intégral disponible par ce lien  : https://orientxxi.info/magazine/france-un-vent-mauvais-souffle-contre-les-musulmans,5468

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.