Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > Intervention ONAC/4ACG à la Maison d’Éducation de la Légion d’Honneur à (...)

Intervention ONAC/4ACG à la Maison d’Éducation de la Légion d’Honneur à Saint-Denis

samedi 26 janvier 2019, par Christian Travers

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 21 janvier, dans les superbes bâtiments de l’ancienne abbaye royale de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, nous étions quatre représentants des acteurs de la guerre d’Algérie, venus témoigner, à l’invitation de l’ONAC, de leur vécu, de leur ressenti et de l’impact qu’a laissé sur eux cette épreuve.

Selon le déroulé habituel des interventions organisées par l’ONACVG (Office national des anciens combattants et veuves de guerre), deux séances de deux heures comprenaient trois séquences :
-  Paul-Max Morin, de l’Onac, rappelle le contexte de cette guerre caractérisée notamment par sa complexité puisqu’elle ne peut se réduire à deux camps opposés en Algérie. Elle eut lieu en Algérie mais aussi en France métropolitaine et elle fut marquée par d’importants clivages chez les Algériens comme chez les Français.
Et il présente très brièvement, en 10 mn, les témoins :
-  Rahim, ancien FLN, Christian, ancien appelé, Messaoud, ancien harki, Jacqueline, ancienne pied-noir juive.
Chacun des témoins est appelé à intervenir pendant 15 mn.
- Ensuite, durant 45 mn, les élèves posent des questions auxquelles les témoins répondent.
La séance du matin a été suivie par trois classes de première soit 75 à 80 élèves et la séance de l’après midi par 90 élèves environ appartenant aux classes terminales. J’étais, au titre d’ancien appelé 4ACG, l’intervenant du matin et c’est pour l’après-midi Jean-Pierre (adhérent de la FNACA) qui m’a remplacé.

JPEG

Excellente ambiance dans cet établissement et les professeurs aussi bien que les élèves ont été très sensibles à notre expression émue et aux enseignements que nous avons souhaité leur transmettre très fraternellement.

Encore faut-il revenir sur les caractéristiques de cet établissement très particulier. Si les professeurs sont détachés de l’éducation nationale et si ce lycée respecte les programmes officiels il est placé sous l’autorité du grand chancelier de la Légion d’Honneur.
Le recrutement des élèves (uniquement des filles, qui portent un uniforme) est également très spécial. L’établissement est un pensionnat réservé aux filles, petites-filles, et arrières-petites-filles des membres de la Légion d’honneur, des médaillés militaires, de l’ordre national du mérite. Et le paradoxe est que cette Maison est située à Saint–Denis une des communes les plus « colorées » de France.

Cependant, dans cet établissement dont la devise est Honneur Patrie, j’ai pu évoquer sans réserve le déshonneur de la France dans cette guerre, le devoir de résister aux ordres contraires à la morale et à la dignité humaine et j’ai pu à dessein, et sous les applaudissements, citer notre belle devise républicaine : Liberté, égalité, fraternité.

Christian Travers


Maison d’Éducation de la Légion d’Honneur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.