Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Israël. Des meurtriers parmi nous, par Gideon Levy

Israël. Des meurtriers parmi nous, par Gideon Levy

lundi 15 juillet 2019, par 4acg

Version imprimable de cet article Version imprimable

Journaliste et écrivain israélien, Gideon Levy, est né en 1953 à Tel-Aviv. Membre de la direction du quotidien israélien Haaretz, il porte un regard aigu sur les relations israélo-palestiniennes en signant régulièrement des articles critiquant la politique de son pays à l’égard des Palestiniens. Nous reproduisons ici sa dernière contribution au débat.

Des meurtriers parmi nous

publié dans Haaretz, le 7 juillet 2019

Des tueurs vivent parmi nous. Personne ne les traque, personne n’enquête sur eux, ils ne sont pas recherchés et ils n’ont jamais honte.

Ils ont tiré sur d’autres êtres humains avec de sinistres intentions, les ont tués et sont considérés comme innocents de tout acte répréhensible. Ils continuent leurs activités quotidiennes, avec leur famille, leurs amis, leur carrière et leur argent. Ils n’ont rien à cacher, ni personne face à qui se cacher, parce que personne ne s’en prend à eux. Ils n’ont pas à avoir honte, car ils ont fait leur devoir et ils en sont même fiers.

Chez eux, ils sont sûrement considérés comme des héros qui ont défendu leur pays. En Israël, on les considère même comme des gens qui ont des valeurs, parce qu’ils sont des combattants. Ils se tiennent derrière vous lorsque l’on doit attendre en ligne et ils vous côtoient dans la circulation, sont assis à vos côtés dans les restaurants, dans les avions et au théâtre. Du sang d’innocents est sur leurs mains. Les assassins invisibles d’Israël sont partout.

Tel est le policier des frontières qui a tiré sur le jeune Abdallah Gheith, le 31 mai 2019. Un jeune ? En fait, un garçon, il avait 15 ans. Comme le dit son oncle Halaf : « Il n’a jamais vu la mer. »

Abdallah Greith

Abdallah rêvait de prier à la mosquée Al-Aqsa avec son cousin le dernier vendredi du Ramadan. Ils étaient tous les deux trop jeunes pour obtenir un laissez-passer. Son père les a déposés près d’un trou dans la clôture et Abdallah a été tué par balle alors qu’il était coincé entre deux clôtures. Une zone de mort israélienne non déclarée, comme en Corée du Nord. Quiconque la traverse est condamné à mort. A l’époque, ça choquait tout le monde quand ça s’est passé à Berlin-Est. C’est insignifiant quand ça arrive à Bethléem.

Après la parution, l’autre jour, de l’article de Haaretz sur l’assassinat du jeune homme, le porte-parole de la police des frontières a attiré mon attention sur quelques erreurs dans cet article. Comme il l’a dit, le jeune a été abattu alors qu’il escaladait la clôture, et non pendant qu’il était au sol, et les agents de la police des frontières lui ont tiré dessus lors d’une embuscade sans courir vers lui.

Le tableau est donc maintenant complet, au cas où il y aurait encore des doutes. Le garçon a été liquidé : il a été assassiné. On pourrait aussi dire qu’il a été exécuté.

Un garçon, désarmé – regardez les photos de lui, le regard innocent – qui grimpe une clôture pour réaliser un rêve et prier sur un lieu saint un jour saint. La police des frontières lui a tiré dessus avec une arme mortelle, un fusil de marque Ruger, que l’avocat général militaire considère comme un acte de tir effectif. Ils l’ont fait alors qu’ils étaient allongés en embuscade au moment où les jeunes grimpaient une clôture. Une seule personne était en danger dans cette scène : le garçon.

Quelques heures plus tôt, la police des frontières a tiré sur un jeune homme qui tentait de franchir la même clôture, et il a été grièvement blessé. C’est leur expression. Ils n’en connaissent pas d’autre : tirer sur des jeunes désarmés qui ne mettent en danger personne, dont le seul désir est d’atteindre un endroit qu’ils ont un droit inaliénable de voir et que les règles de la justice naturelle devraient leur laisser faire. Ces jeunes essaient de fuir vers la liberté, tout comme les gens qui ont fui Berlin-Est. Et il n’y a pas moyen de décrire un tel tir – effectué par des policiers en embuscade visant un garçon désarmé essayant de passer une clôture – si ce n’est comme un meurtre.

Ces gardes-frontières sont considérés comme des « combattants », mais ce sont les plus lâches des soldats ou des policiers. Comme c’est misérable et lâche de tirer sur un garçon qui escalade une clôture. Comment ne peuvent-ils pas avoir honte de leurs actes, ces policiers des frontières ? Non pas, loin de moi cette pensée, d’un point de vue moral – n’exagérons pas nos attentes – mais d’un strict point de vue opérationnel.

Et c’est scandaleux que ce meurtre ne soit même pas considéré comme un accident. Pas d’enquête, pas d’arrestation, pas de procès. Le porte-parole de la police des frontières a déclaré que peut-on faire de plus pour les protéger que de viser le cœur d’un jeune innocent qui escalade une clôture et tombe, mort, devant son père, laissant derrière lui une famille brisée ? Cela fait longtemps que je n’ai pas vu un père endeuillé aussi brisé que Luai, le père d’Abdallah, son fils aîné, qui était tout son monde.

Le meurtrier de l’adolescent Gheith vit parmi nous. C’est une personne très dangereuse. Personne ne pense à l’arrêter. Bien sûr, il est loin d’être le seul parmi nous.

Gideon Levy


(Article publié dans Haaretz, le 7 juillet 2019 ; traduction A l’Encontre)

https://alencontre.org/moyenorient/israel/israel-des-meurtriers-parmi-nous.html


NDLR
Éclairage utile sur la question palestinienne, l’ouvrage de Chris Conti et Altair Alcantara : Palestine : « Mémoires de 1948, Jérusalem 2018 », aux éditions Hesperus Press, 2019

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.