Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Israël emprisonne plus de 1 000 Palestiniens sans inculpation ni (...)

Israël emprisonne plus de 1 000 Palestiniens sans inculpation ni jugement

jeudi 20 avril 2023, par Michel Berthelemy

Par Tamara Nassar, Agence Media Palestine, 5 avril 2023

Des Palestiniens participent à une manifestation de solidarité avec Khader Adnan, qui a entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention administrative sans inculpation ni jugement dans les prisons israéliennes, dans la ville de Gaza, le 26 mars. (Youssef Abu Watfa – APA images)

Les autorités pénitentiaires israéliennes détiennent simultanément plus de Palestiniens sans inculpation ni jugement qu’elles ne l’ont fait en 20 ans.

Connue sous le nom de détention administrative, cette pratique est une continuation directe de la domination coloniale britannique.
Les ordres de détention administrative sont généralement émis pour des périodes de six mois, mais peuvent être renouvelés indéfiniment. En vertu de ces mesures, les détenus sont incarcérés sans inculpation ni procès, et ni eux ni leurs avocats ne peuvent prendre connaissance des preuves retenues contre eux. Israël emprisonne actuellement plus de 1 000 Palestiniens dans le cadre de ces ordonnances, y compris des enfants et d’anciens prisonniers, selon les chiffres fournis par HaMoked, une organisation qui fait campagne contre les abus commis par Israël à l’encontre des Palestiniens vivant sous l’occupation. La dernière fois qu’Israël a détenu autant de Palestiniens sans inculpation ni jugement, c’était pendant la deuxième intifada, en 2003.
Israël emprisonne quatre Israéliens juifs dans le cadre d’une détention administrative, soit le nombre le plus élevé depuis 1994. Khader Adnan est l’un des Palestiniens actuellement détenus en vertu de ces ordonnances. En signe de protestation contre cet ordre israélien, il a refusé de s’alimenter pendant 60 jours depuis son arrestation en février. Adnan est un gréviste de la faim chevronné qui a participé à plusieurs grèves de la faim de longue durée pour protester contre des ordres similaires au fil des ans. Il a notamment passé 66 jours en 2012, 55 jours en 2015 et 58 jours en 2018. Ce père de neuf enfants voit son état de santé se détériorer gravement et a préparé son testament en cas de décès Originaire du village d’Arraba, près de Jénine, en Cisjordanie occupée, Adnan a passé environ huit ans en détention israélienne, la plupart du temps sans inculpation ni procès. Les forces d’occupation israéliennes prennent Adnan pour cible parce qu’il est un activiste connu, affilié au groupe de résistance palestinien du Jihad islamique.

Torture des prisonniers
Parallèlement, deux organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme ont présenté le mois dernier une intervention orale au rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme concernant les traitements tortionnaires, cruels et dégradants infligés par Israël aux prisonniers palestiniens.
Al-Haq et Addameer, deux importantes organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme, ont mis en évidence le recours à la torture par Israël à l’encontre des détenus palestiniens et la tentative des institutions de l’État israélien de dissimuler ces crimes.
L’intervention a également mis l’accent sur la détresse psychologique et l’impuissance que doivent endurer les Palestiniens détenus sans inculpation ni jugement et sans perspective de dénouement de leur situation.
Le personnel médical des prisons israéliennes donne le feu vert aux détenus palestiniens pour les interrogatoires, ignorant les preuves de torture sur leurs corps, ont souligné les groupes.
L’intervention a mis en lumière les « limitations du gouvernement israélien en matière de traitement médical », que les groupes de défense des droits des prisonniers considèrent comme la cause de la mort de prisonniers au fil des ans.
Un groupe d’associations palestiniennes de défense des droits de l’homme demande la libération d’un militant politique et intellectuel à qui l’on a diagnostiqué un cancer de la moelle osseuse l’année dernière.
Israël emprisonne Walid Daqqa depuis 37 ans. Il fait partie des 23 Palestiniens détenus par Israël depuis avant la signature des accords d’Oslo dans les années 1990.
Des médecins ont insinué que la négligence médicale délibérée des autorités pénitentiaires israéliennes aggravait l’état de santé de Walid Daqqa.
Lorsque Daqqa a été victime dernièrement d’un accident vasculaire cérébral, les autorités pénitentiaires israéliennes lui ont refusé un transfert d’urgence à l’hôpital. Il n’a été hospitalisé que 11 jours après son accident vasculaire cérébral. Les groupes demandent la libération immédiate de Daqqa.

Douches de quatre minutes
Le ministre israélien de la police d’extrême droite, Itamar Ben-Gvir, a pris des mesures brutales à l’encontre des prisonniers palestiniens depuis son entrée en fonction. Il a exigé que les autorités pénitentiaires israéliennes limitent la durée pendant laquelle certains prisonniers palestiniens sont autorisés à prendre une douche. Les prisonniers politiques palestiniens – dits prisonniers de sécurité – ne seront autorisés à prendre des douches que pendant quatre minutes à la fois dans aux moins deux ailes d’une prison israélienne du sud du pays.
Dans le cadre des mesures punitives prises par les autorités pénitentiaires israéliennes à l’encontre des détenus palestiniens, elles leur servent du pain rassis et congelé, procèdent à des raids et à des fouilles fréquentes des cellules et augmentent le recours à l’isolement en cellule.
Le mois dernier, les législateurs israéliens ont présenté au parlement israélien, la Knesset, un projet de loi qui autoriserait l’exécution des Palestiniens qui tuent des Israéliens. Ce projet de loi ne s’appliquerait toutefois pas aux Israéliens qui tuent des Palestiniens, ce qui souligne le caractère ouvertement raciste et l’apartheid de la domination israélienne sur le peuple palestinien.
S’il est adopté, le projet de loi soutenu par le gouvernement permettra aux tribunaux de condamner à mort les Palestiniens qui ont tué des Israéliens pour de prétendues motivations nationalistes.

Source : The Electronic Intifada
Traduction : AGP pour l’Agence Média Palestine

https://agencemediapalestine.fr/blog/2023/04/13/israel-emprisonne-plus-de-1-000-palestiniens-sans-inculpation-ni-jugement/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=israel_emprisonne_plus_de_1000_palestiniennes_sans_inculpation_ni_jugement&utm_term=2023-04-17

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.