Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Israël : le regroupement familial des Palestiniens par naturalisation à (...)

Israël : le regroupement familial des Palestiniens par naturalisation à nouveau interdit

mardi 15 mars 2022, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Israël, la Knesset restaure l’interdiction de la naturalisation des Palestiniens par regroupement familial

La reconduction de cette loi controversée, dont la suspension avait failli faire tomber le gouvernement de Naftali Bennett en juillet 2021, constitue un camouflet pour son aile gauche.
Le Parlement israélien a reconduit, jeudi 10 mars, l’interdiction de la naturalisation des conjoints d’Israéliens originaires de pays considérés comme ennemis. Cette loi dite de « la citoyenneté » affecte surtout des milliers de couples palestiniens dont un des membres vient de Cisjordanie ou de Gaza. Elle avait été suspendue en juillet 2021, en raison du flou parlementaire qui avait suivi la formation du nouveau gouvernement du premier ministre Naftali Bennett.
Passé en urgence en 2003 en plein cœur de la seconde Intifada pour une durée d’un an, ce texte est présenté officiellement comme une loi sécuritaire, visant à éviter de donner la liberté de mouvement que confère la citoyenneté israélienne à des terroristes potentiels. Renouvelée tous les ans, elle a rapidement revêtu un caractère ethnocentrique. « C’est un outil pour s’assurer qu’Israël reste un pays à majorité juif », avait même déclaré le centriste Yaïr Lapid, ministre des affaires étrangères du gouvernement actuel, en juillet 2021.
En juillet, lors du renouvellement annuel de cette législation, le Likoud – parti de l’ex-premier ministre Benyamin Nétanyahou, écarté de la coalition – et ses partenaires ultraorthodoxes et ultranationalistes religieux étaient allés à l’encontre de leur propre ligne idéologique et avait voté contre le texte. Ils avaient justifié leur décision en affirmant que le gouvernement, basé sur une coalition hétéroclite rassemblant droite, gauche et un parti arabe, était lui-même un danger pour Israël, et que de le faire tomber était un « devoir sioniste ».

Jeudi, cette fenêtre improbable s’est refermée, juste avant la trêve parlementaire printanière. L’aile droite de l’exécutif, emmenée par la ministre de l’intérieur, Ayelet Shaked, avait mené des tractations intenses avec ses frères ennemis de l’opposition. Après le vote, elle a tweeté qu’il s’agissait de la victoire du concept « d’Etat juif et démocratique sur celui d’Etat pour tous ses citoyens »

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/03/12/en-israel-la-knesset-restaure-l-interdiction-de-la-naturalisation-des-palestiniens-par-regroupement-familial_6117269_3210.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.