Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents (bibliographie, filmographie…) > L’histoire du « Déserteur » de Boris Vian

L’histoire du « Déserteur » de Boris Vian

dimanche 3 mai 2020, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

« Le Déserteur » de Boris Vian est aujourd’hui l’un des piliers du pacifisme, une intime déclaration de désertion adressée au Président. Pourtant sa sortie en 1954 fut tout sauf paisible. Voici l’histoire de l’œuvre antimilitariste devenue hymne pacifiste.
Emission diffusée le 10 mars 2020 sur France-Musique ( publiée par Léopold Tobisch)

Composé en février 1954 avec l’arrangeur et ancien G.I. américain Harold B. Berg, Le Déserteur de Boris Vian arrive à une époque particulièrement épineuse dans l’histoire de la France. La guerre d’Indochine engagée par la France depuis 1946 est dans sa dernière année, avec notamment la défaite de l’armée française à la Bataille de Diên Biên Phu en mai 1954, mais un nouveau conflit colonial approche à grand pas : la guerre d’Algérie. 
Entre ces deux conflits, Boris Vian va poser une bombe musicale qui ne passera pas inaperçue. Un appel à la désertion adressé directement au Président de la République, dans lequel l’auteur annonce à la fin « si vous me condamnez / Prévenez vos gendarmes / Que j’emporte des armes / Et que je sais tirer »

Le Déserteur est une chanson qui pose problème, particulièrement en contraste avec son contexte historique. Si la guerre d’Indochine est d’abord une guerre coloniale avec une armée française de métier, le conflit algérien qui suit fera appel aux volontaires mais également aux jeunes conscrits français. Malgré le statut obligatoire de la conscription, cet appel à la guerre se heurte à de nombreuses résistances par des manifestants antimilitaristes, qui tentent par exemple de bloquer le départ des trains des soldats. 
Le refus d’aller à la guerre et la désertion : un sujet d’actualité en 1954 et un climat explosif dans lequel Le Déserteur de Vian deviendra une espèce d’hymne des jeunes soldats envoyés en Algérie. C’est une chanson qui sera en avance sur son époque, qui va du coup avoir une espèce de résonance par rapport aux événements qui vont suivre en Algérie.

La censure entre en jeu

C’est peu dire que l’accueil du Déserteur fut amer. L’auteur de J’irai cracher sur vos tombes n’en n’est plus à son premier scandale, et sa chanson farouchement antimilitariste est immédiatement jugée antipatriotique et défaitiste. Elle constitue une menace pour le moral des troupes que le gouvernement cherche au contraire à galvaniser. 
Entre mai et juin 1955, Vian enfonce le clou, et l’enregistre lui-même, en même temps que plusieurs chansons qui provoquent la colère des censeurs. Dans cette version, le protagoniste s’adresse de nouveau au Président mais ne prend pas les armes à la fin de la chanson. L’album est immédiatement censuré, privé de diffusion radiophonique et de distribution commerciale : Le Déserteur « est en quelque sorte la victime finale de la guerre d’Indochine, et la première victime de la guerre d’Algérie dans l’art et dans la culture » explique Emmanuel Pierrat, avocat et auteur spécialisé dans la censure culturelle (….) Strictement censuré en France, Le Déserteur sera plus intolérable encore dans la bouche des soldats français déployés en Algérie : tout chant ou fredonnement de la chanson par un soldat est puni de plusieurs semaines de prison.

Ce n’est qu’après la fin de la guerre d’Algérie, en 1962 et la levée de la censure que le public français découvre Le Déserteur et ses connotations pacifistes, maintenant vantées partout dans l’hexagone. Le message antimilitariste de Vian est repris par de nombreux artistes, tels que Serge Reggiani, Juliette Greco, puis plus tard par Johnny Hallyday et Renaud

Du vivant de Vian, Le Déserteur a été un échec et une source d’ennuis. Ce n’est qu’avec le temps que ce chant engagé a su fuir, pour ne pas dire déserter, les carcans de la censure et le militarisme de la France des années 1950. Il est devenu un hymne pacifiste international, et l’une des chansons les plus reprises à travers le monde.

https://www.francemusique.fr/culture-musicale/l-histoire-de-le-deserteur-de-boris-vian-82352

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.