Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > La 117e marche du Hirak empêchée par d’importantes forces de police

La 117e marche du Hirak empêchée par d’importantes forces de police

lundi 17 mai 2021, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

La 117e marche du Hirak n’a pas pu avoir lieu à Alger le 14 mai. Un impressionnant dispositif de sécurité avait été mis en place.

El Watan, 15 mai 2021

Plusieurs axes avaient été fermés pour empêcher les manifestants venus de Belcourt d’aller vers la Grande Poste.
De l’autre côté, à Bab El Oued, les manifestants ont également été empêchés de progresser.
C’est au niveau de ce quartier que les services de sécurité ont procédé au plus grand nombre d’arrestations.
Que ce soit à la grande-Poste, place Audin ou sur les rues Didouche, Hassiba Ben Bouali, Asselah et Larbi Ben M’hidi, le moindre petit regroupement de manifestants qui commencent à scander les slogans habituels du Hirak – en plus de quelques slogans en soutien à la Palestine – est dispersé à coup de matraques.
Par ailleurs, beaucoup de passants se sont fait contrôler. Certains ont été « priés » de rebrousser chemin.
Des chefs de partis politiques, à l’image de Fethi Ghares du Mouvement démocratique et social (MDS) et Mohcine Belabbas, du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ont également été interpellés, tous comme des cadres et militants de ces deux partis. Seul Ghares a été relâché quelques temps après.

Plusieurs journalistes et photographes arrêtés

Plusieurs journalistes et photographes ont également été arrêtés. Ce qui s’était passé mardi s’est reproduit aujourd’hui, d’une manière plus importante.
La journaliste de radio M, Kenza Khatto l’a même été d’une manière brutale.
Nos deux reporters-photographes, Sami Kharoum et Souhil Baghdadi faisaient également partie des gens des médias embarqués vers des commissariats.
Quelques-uns ont été relâchés quelque temps plus tard, mais vers 18h, d’autres étaient toujours retenus.
Les services de sécurité ont vraisemblablement agi ainsi pour les empêcher de travailler. Certains journalistes ou photographes, contrôlés loin des points de la tension, ont été empêchés de s’y diriger.
En tout, ce sont des centaines d’interpellations qui ont eu lieu aujourd’hui à Alger et dans l’ensemble du pays.

Source :
https://www.elwatan.com/edition/actualite/vendredi-117-marche-empechee-et-des-interpellations-y-compris-de-journalistes-14-05-2021

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/05/15/en-algerie-une-marche-du-hirak-empechee-et-emaillee-d-arrestations_6080271_3212.html#xtor=AL-32280270

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.