Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > La 4acg à la Maison Familiale Rurale de Chalonnes (Maine et Loire)

La 4acg à la Maison Familiale Rurale de Chalonnes (Maine et Loire)

mercredi 16 février 2022, par Anne Doussin , Elie Charrier

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 4 janvier 2022, la 4acg de retour pour la troisième fois à la Maison Familiale Rurale de Chalonnes (Maine et Loire)

Romain, l’enseignant référent, nous avait de nouveau sollicités pour témoigner auprès d’élèves en terminale Bac Pro, dans cette MFR spécialisée dans l’apprentissage des métiers de la viticulture.
Nous étions les mêmes intervenants qu’il y a deux ans (Gilles – Pierre – Elie –Jean-Marie), devant une classe à effectif réduit, 13 seulement, en l’absence de Romain, le référent, immobilisé et en arrêt pour cause « sportive », remplacé par un de ses collègues.
Important d’évoquer le contexte, auquel il faut ajouter un peu de stress généralisé, dû aux mesures sanitaires COVID.

Nous avons développé notre programme habituel d’intervention : présentation de la 4acg et des intervenants – documentaire « Retour en Algérie » – témoignages personnels – questions et échanges avec les élèves.

Hormis des émotions perceptibles, notamment à l’écoute des témoignages, difficile de se prononcer sur leurs ressentis à l’issue de nos interventions. Nous avons eu le sentiment qu’ils étaient, un peu, dans une autre phase de préoccupation… Etait-ce le fait qu’ils étaient juste de retour des vacances de Noël ? de l’absence de Romain, le référent ? le fait, assez perturbant, du départ d’un élève, au cours de l’intervention, pour mesure sanitaire ?
Peu de questions des jeunes, mais une question nous a interpellés : « Pourquoi êtes- vous partis faire la guerre ? ». Nous avons explicité la situation politique, militaire, administrative de l’époque : service militaire obligatoire jusqu’à 28 mois, contingentement tous les deux mois pour le départ en Algérie, également pour le retour. Rien à voir avec les mobilisations générales des guerres 14/18 et 39/45. D’où la relative passivité de la population, à qui l’on martelait qu’il s’agissait seulement d’opérations de maintien de l’ordre et…..pacification.
Cette question est importante et significative de la méconnaissance des jeunes sur le contexte sociétal de cette période et la définition même de ce qu’était alors le service militaire. Cela justifie une information préalable à nos interventions, sur ces sujets, de la part des enseignants.
Malgré ces petits aléas, nous pensons que nos témoignages pour la paix, contre la guerre, auront imprégné ce groupe d’élèves d’une vision complémentaire et utile à leur compréhension de ce que fut ce drame algérien.
Comme pour les interventions précédentes, malgré le contexte sanitaire particulier, accueil sympathique du groupe d’enseignants. Nous avons appris, le lendemain, que les élèves que nous avions rencontrés étaient repartis l’après-midi dans leurs familles, par mesure COVID….
Peut-être un nouveau rendez-vous l’année prochaine, dans cet établissement que nous apprécions.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.