Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Le Cahier Vert, un combat pour la vérité sur les disparus pendant la guerre (...)

Le Cahier Vert, un combat pour la vérité sur les disparus pendant la guerre d’Algérie

lundi 22 août 2022, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Alors que la guerre d’Algérie redouble de violence à la fin des années 50, un trio d’avocats décide de recueillir des témoignages sur le nombre grandissant de « disparus » algériens du fait de l’armée française. Ce sera le « Cahier vert », édité en Suisse par l’éditeur et militant Nils Andersson

Par Nils Andersson, blog Mesiapart, 11 juillet 2022

Nous sommes en 1957, 1958, 1959… Jacques Vergès, Michel Zavrian et Maurice Courrégé, avocats des militants et militantes algériens, recueillent et rassemblent dans un « cahier vert » les noms de « disparus » qui leur sont rapportés. Un « Premier Cahier Vert » est adressé au président de la Croix-Rouge Internationale, dans la lettre qui l’accompagne, on lit :

« Nous avons l’honneur de vous soumettre dans ce premier envoi cent cinquante cas de disparitions à Alger. Elles sont d’une effrayante monotonie. Au milieu de la nuit, des soldats sont venus, ont enlevé l’homme – père, fils ou époux – et sont partis dans les rues désertes, vers une destination inconnue.

La femme a couru partout : au commandement d’Alger-Sahel, à la 10e R.M., au Gouvernement Général, à la Préfecture, au tribunal. On l’a écoutée. On a noté ses déclarations. Tout le monde est compétent et personne n’est responsable. Elle n’a obtenu aucune réponse à son angoisse. Elle a tourné sans cesse autour de ces lieux dont le nom, hier, lui faisait horreur : Villa Susini, allée des Mûriers, la Corniche, le centre de Beni-Messous… »

Dans le « Premier Cahier Vert », terrible litanie, sont indiqués, selon les informations disponibles pour chaque « disparition » : nom et prénom, date de naissance, lieu de naissance, domicile, profession, situation de famille, date et lieu d’arrestation, corps d’affectation des militaires, gendarmes ou policiers procédant à l’arrestation, lieux connus ou supposés d’enfermement ou d’incarcération, démarches effectuées par les proches, réponse des autorités, inconnu, relâché, évadé ou absence de réponse.

« Le Cahier Vert » est publié dans les Temps Modernes en septembre 1959 et en octobre 1959, dans Témoignages et Documents, mensuel qui publie les textes saisis et interdits ; puis j’édite le Premier et le Deuxième Cahier Vert en décembre 1959 sous le titre Les Disparus, à La Cité-Éditeur, avec une postface de Pierre Vidal-Naquet, Le Cahier Vert expliqué.

Pierre Vidal-Naquet écrit : « On voit ce qu’il faut entendre par « disparition » ; dans l’immense majorité de cas, il n’y a, en réalité, pas de mystère. Quand un homme a été arrêté par les parachutistes, il est bien peu probable qu’il soit évadé, il est encore moins probable que, relâché, il gagne le maquis sans prévenir les siens. La « disparition » n’est qu’un masque qui cache le plus souvent la torture et l’assassinat. Aussi bien, donne-t-on de moins en moins souvent de prétextes. Il n’est rien de tel qu’une mort sans cadavre pour imposer à la fois la terreur et le désespoir. La guerre d’Algérie a entraîné avec elle des milliers et des milliers d’affaires Audin. »

Dans Les Disparus, sont reproduites en fac-similé des lettres des familles plaignantes et des réponses des autorités contactées.

Premier Cahier Vert

Sont retenus ici, du premier « Cahier vert », les noms et prénoms, dates de naissance, lieux de domicile, dates et lieux d’arrestation, corps d’affectation procédant à l’arrestation, lieux connus ou supposés d’incarcération.

Pour tous les noms cités, les recherches effectuées par les familles auprès du Procureur de la République, de Robert Lacoste, Gouverneur général et ministre de l’Algérie, du général Salan, délégué général du Gouvernement, commandant en chef des Forces en Algérie, du général Massu, commandant de la Z.N.A. et de la 10e D.P., de Madame Jacques Massu, présidente du « Centre Jeunesse », association pour la formation de la jeunesse, de la Préfecture d’Alger et d’autres autorités, n’ont apporté une seule et même réponse : aucune nouvelle depuis…(suit une longue liste de disparus, à consulter sur le lien suivant)

https://blogs.mediapart.fr/edition/france-algerie-une-autre-commemoration-est-possible/article/110722/le-cahier-vert-un-combat-pour-la-verite-sur-les

Les Disparus-le Cahier Vert, de Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrège,
Les éditions de minuit, Paris 1959

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.