Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Nouvelle initiative pour une transition démocratique en Algérie

Nouvelle initiative pour une transition démocratique en Algérie

mardi 23 août 2022, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Une nouvelle initiative pour une transition démocratique en Algérie a été rendue publique le 22 février 2022 par de nombreuses personnalités : universitaires, avocats, acteurs de la société civile, journalistes, et plusieurs dizaines de personnalités venant d’horizons divers. La visite prévue le 25 août du président Macron aura-t-elle un impact sur cet événement ?

Pour le media algérien TSA, le choix de la date n’est pas fortuit. Ce 22 février 2022, troisième anniversaire du déclenchement du Hirak en Algérie, une nouvelle initiative pour la transition démocratique est lancée par plus d’une centaine de personnalités, acteurs du mouvement citoyen, militants de la société civile et intellectuels.
Les initiateurs ont rendu publique une « déclaration de principe pour la mobilisation démocratique ».
« Fruit de nombreuses rencontres-débats tenues depuis 2019, cette proposition se veut une traduction des aspirations légitimes de la mobilisation citoyenne », lit-on dans la déclaration, qui souligne que l’arrêt des manifestations ne signifie pas l’échec du Hirak.
Les signataires rappellent que « le caractère pacifique du hirak invite au dialogue et à une solution politique » et c’est pourquoi, expliquent-ils, « cette Déclaration plaide pour une transition démocratique, indépendante et négociée qui réalise les revendications portées par le mouvement populaire ».

« Apaisement »
La transition démocratique est d’autant plus nécessaire que « la situation socio-économique se dégrade dangereusement, que les institutions de l’État s’affaiblissent, que plus de 300 détenus d’opinion sont arbitrairement emprisonnés et que les libertés fondamentales connaissent un recul sans précédent », ajoute-t-on.
L’élaboration d’une telle solution ne doit pas se résumer à « de simples consultations », ou à « une énième manœuvre de coopération ».
Aussi, elle exige un apaisement du climat politique par « la libération immédiate et inconditionnelle des détenus d’opinion et leur réhabilitation pleine et entière », « l’arrêt des pratiques répressives et liberticides et la fin de l’instrumentalisation de la justice », « la suppression de toutes les normes juridiques liberticides notamment les dispositions relatives au terrorisme », et « la conformité de ces normes aux conventions internationales ».
La déclaration vise en outre à l’affirmation et à la promotion de certains principes dont celui de « la légitimité populaire et de l’État de droit démocratique et social », de « la voie pacifique » et le principe de « l’unité dans la pluralité ». Parmi les premiers signataires figurent des universitaires comme Noureddine Melikechi, Nourredine Benissad, Slim Otmani, Zoubida Assoul, Lahaouri Addi, Nacer Djabi, Ismahan Ait Messaoud, Louisa Ait Hamadouche, des avocats, dont Abdelghani Badi et Mostefa Bouchachi, des acteurs de la société civile et du Hirak, à l’image de Abdelouahab Fersaoui, Addad Hakim et Islam Benattia, des journalistes et des dizaines de personnalités d’horizons divers, comme l’oncologue Kamel Bouzid.
« La signature de cette Déclaration n’est pas synonyme d’adhésion immédiate à un futur Pacte démocratique dont le contenu sera débattu et élaboré ultérieurement », précise-t-on.

Emanuel Macron doit se rendre en Algérie le 25 août
La visite du président français aura-t-elle un effet sur cette initiative ? En tout cas il est attendu en Algérie pour trois jours de rencontres avec le président Tebboune et une visite d’Oran, deuxième plus grande ville du pays, qui a abrité fin juin les Jeux méditerranéens.
Selon l’Elysée, cette visite « contribuera à approfondir la relation bilatérale tournée vers l’avenir au bénéfice des populations des deux pays, à renforcer la coopération franco-algérienne face aux enjeux régionaux et à poursuivre le travail d’apaisement des mémoires. 

TSA 22 février 2022, rédaction 4ACG 20 août 2022

https://www.tsa-algerie.com/il-est-attendu-en-algerie-le-25-aout-macron-se-rendra-a-alger-et-oran/

Pendant ce temps, la répression des opposants au régime continue.

Le journaliste Khaled Drareni, poursuivi depuis mars 2020 pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale », est jugé pour la troisième fois. Condamné à 3 ans puis à 2 ans de prison ferme en première instance et en appel en 2020, son procès après cassation a eu lieu ce jeudi 17 février à la Cour d’Alger.
Dans son réquisitoire, le représentant du parquet a requis l’aggravation de la peine prononcée en appel à l’encontre du journaliste poursuivi depuis mars 2020 pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale »
Par ailleurs, l’activiste politique Karim Tabbou a été interpellé ce samedi alors qu’il se rendait à Ifri-Ouzellaguen pour commémorer le 66e anniversaire du Congrès de la Soummam (20 août 1956), a annoncé le frère de Karim Tabbou, Djaffar . La chaîne Berbère Télévision rapporte qu’outre Karim Tabbou, le coordinateur du MDS, Fethi Ghares, et des militants du parti, Messaouda Cheballah, Ouahid Benhalla, ainsi que l’ancien P/APC d’Ouzellaguen, Rachid Beldjoudi ont également été arrêtés.

https://www.tsa-algerie.com/karim-tabbou-et-fethi-ghares-interpelles-a-bejaia/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.