Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > Témoignage à voix multiples au lycée Saint-Charles de Marseille, avec (...)

Témoignage à voix multiples au lycée Saint-Charles de Marseille, avec restitution chorégraphique par des élèves de terminale

mardi 4 juin 2019, par Danièle Champeaux , Mauricette Mazzanti

Version imprimable de cet article Version imprimable

En ce mois de mai, nous avons eu un bel après-midi de rencontre que nous voulons partager. Le projet vient de loin. Depuis février 2018 il se met en place en PACA de façon concertée : la 4ACG, Coup de Soleil et l’ANPNPA sont ensemble pour réaliser des rencontres sous la direction de l’ONAC-VG. Rencontres précédées de réunions ayant pour but de bien mettre au point les objectifs et les modalités d’intervention dans les établissements scolaires.

Nous avions déjà « expérimenté » ces témoignages à l’école de Sciences Po à Aix-en-Provence, qui a reçu deux fois les « témoins » grâce à la 4ACG, par l’intermédiaire de Colette Drogoz. Le principe est le suivant : la rencontre dure deux heures, chaque intervenant a 15mn pour évoquer la guerre d’Algérie de façon directe, la sienne ou celle de sa famille, puis dans la 2e heure le débat est ouvert, place aux jeunes qui posent des questions.

A l’issue de la rencontre, l’ONAC a demandé aux lycées une phase de restitution à laquelle tous les « témoins » étaient conviés. Le lundi 6 mai, se sont donc retrouvés aux Archives Départementales d’Aix : Laetitia Vion, Abderahmen Moumen et Gérald Attali, en compagnie des témoins : Danièle Champeaux, Gérard Le Cardinal, Saïd Merabiti, Arezki Belmokhtar, Ameziane, Stanislas Gall, Jacques Pradel et d’autres encore.

Une dizaine de représentants des classes de terminale de la région ont reçu les « témoins » et restitué sur la scène ce qu’ils ont retenu de la rencontre, dans la forme qu’ils ont choisie : vidéo, danse, site Web, chanson, théâtre. Chaque classe de terminale a délégué au moins 7 élèves pour porter le projet.

Tous ont reçu l’enseignement de la guerre d’Algérie par leurs professeurs mais les paroles des « témoins » les ont profondément touchés, certains sont allés interroger leurs familles quand ils avaient encore des grands-parents pour en parler. Ils ont aussi déconstruit le vocabulaire utilisé à cette époque : événements d’Algérie - pacification - mission - corvée de bois - et tant d’autres…
Un travail en profondeur, beaucoup d’émotion.

Pendant le goûter qui a suivi, élèves et témoins ont pu se rencontrer et avoir une relation plus personnelle avec ces anciens qui furent ennemis à l’époque.

Les « témoins » eux-mêmes ont été émus de voir à quel point leurs paroles ont été reçues, assimilées et rendues avec la belle énergie de ces ados de terminale, ceux-ci deviennent de ce fait les nouveaux « témoins » d’une guerre qui a mis si longtemps à dire son nom. Les anciens comprennent qu’ils n’ont pas parlé en vain, du coup l’espoir revient et ils repartent avec le sourire !

Bravo à l’équipe de l’ONAC-VG pour leur initiative si bien menée, gageons que l’an prochain les « témoins » et les professeurs volontaires soient plus nombreux dans la région et au-delà.

Bravo à tous ces professeurs qui ont porté ce projet et l’ont enrichi de leur savoir et leur écoute. Leur dévouement et leur exigence de qualité sont à saluer d’autant plus que l’Éducation Nationale est si malmenée…

Mauricette Mazzanti, pour l’équipe PACA

Ci-joint une captation vidéo du spectacle chorégraphique créé par des élèves de terminale du lycée Saint-Charles de Marseille, en restitution des cours professoraux et de l’intervention 4ACG/ONAC du 6 mai 2019. Vidéo réalisée par Danièle Champeaux.

Vidéo à télécharger ou à lire avec VLC (40 mo)

Vidéo haute définition 330 mo à télécharger

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.