Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents (bibliographie, filmographie…) > Un colloque sur « La Guerre d’Algérie au cinéma »

Un colloque sur « La Guerre d’Algérie au cinéma »

lundi 9 octobre 2017, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.
Jean Cocteau

Corinne Chaput-Le Bars, directrice de recherche à l’IRTS de Basse-Normandie (Institut régional du travail social), a particulièrement travaillé sur les bénéfices de l’écriture autobiographique pour les personnes ayant subi un traumatisme.

Elle a publié un ouvrage, en février 2014, « Quand les appelés d’Algérie s’éveillent », inspiré par l’histoire de son père.

Elle a assisté au colloque « La Guerre d’Algérie au cinéma » qui s’est tenu le 5 octobre à l’auditorium de l’Hôtel de ville à Paris, dont les thémes étaient :

1) La guerre d’Algérie au cinéma, état des lieux, par Benjamin Stora
2) Cinéma et censure de la guerre d’Algérie, mémoires et archives du temps présent, par Emilie Goudal
3) Le partage des mémoires de la guerre d’Algérie au cinéma, par Djemaa Maazouzi
4) La guerre d’Algérie vue à travers Muriel ou le temps d’un retour d’Alain Resnais, par Raphaëlle Branche
5) Présentation du fonds algérien de l’ECPAD, par Damien Vitry
6) Obéissance et désobéissance dans les films sur la guerre d’Algérie, par Tramor Quémeneur
7) Faire un film sur la guerre d’Algérie, hier et aujourd’hui, table ronde ;
8) C’était la guerre, par Jean-Claude Carrière ;

Dans un compte-rendu détaillé, elle nous fait ici partager ses notes.

Algérie Presse Service a publié un article intéressant sur ce colloque : « En France, il n’y a pas eu simplement de la censure sur la guerre d’Algérie mais de l’autocensure »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.