Accueil > Actualité, presse, autres associations > Algérie : danses et chants ancestraux pour le festival touareg de Sebeiba

Algérie : danses et chants ancestraux pour le festival touareg de Sebeiba

mercredi 2 août 2023, par Gérard Webmestre

Le 30 juillet. 2023. AFP

Des femmes dansent lors du Festival de la Sebeiba, dans la ville de Djanet (sud de l’Algérie) le 29 juillet 2023 AFP

Les hommes ont revêtu leurs plus beaux atours et font mine de s’affronter dans une danse effrénée, les femmes chantent, parées de magnifiques bijoux : les Touaregs du désert algérien célèbrent le Festival de la Sebeiba, qui remonte à plus de 3.000 ans.

Cette fête qui dure dix jours et coïncide avec les festivités d’Achoura dans le calendrier musulman met en ébullition la ville de Djanet et ses 14.000 habitants, dans le sud-est de l’Algérie, où les préparatifs vont bon train depuis une semaine.

"Pendant les répétitions, les enfants apprennent à danser et tout le monde a le droit de se défouler", explique à l’AFP Hassan Echeikh, 64 ans, en soulignant que le site qui accueille le festival "existe depuis nos ancêtres".

Cette célébration, inscrite depuis 2014 au patrimoine immatériel de l’Unesco et dont la date est fixée par les sages de l’oasis de Djanet, simule un combat entre deux tribus touareg : El Mihane et Zelouaz.

Son origine se perd dans la nuit des temps.

Plusieurs personnes rassemblées dans la ville de Djanet (sud de l’Algérie) pour le Festival de la Sebeiba, le 29 juillet 2023 AFP

Selon la tradition, une guerre fratricide opposait deux tribus du désert du Tassili N’Ajjer, mais en apprenant la victoire de Moïse sur les armées du Pharaon, ils scellèrent un pacte de paix.

"Nos ancêtres ont gardé la date du jour où le Pharaon s’est noyé dans la mer et ont fêté la mort du Pharaon", raconte à l’AFP Elias Ali, 73 ans.

Tatouées au henné et revêtues de lourdes parures argentées, les femmes chantent au son du guenga (tambour traditionnel) pour encourager la compétition à laquelle vont se livrer les hommes.

Les bijoux "sont censés représenter la beauté de la femme", confie Douaa, 16 ans, l’une des chanteuses qui, comme Sabrina, 29 ans, a été habillée par une "femme âgée et connaissant les traditions".

Les hommes, la tête surmontée d’un chapeau à motifs géométriques, font mine de s’affronter, en brandissant d’une main une épée et de l’autre un foulard, en signe de paix. Sous les chants guerriers, la tension monte mais ils se livrent une guerre "sans sang".

Des femmes en tenue traditionnelle rassemblées dans la ville de Djanet, dans le sud de l’Algérie, pour le Festival de la Sebeiba, le 29 juillet 2023

Une sélection est faite pour "décider qui mettre en avant, au milieu, derrière", explique M. Echeikh, "car dans la danse de la Sebeiba, surtout chez les hommes, il faut avoir un gabarit, les épaules, être musclé".

Le festival attire également des touristes étrangers, venus en grand nombre cette année pour découvrir le Sahara algérien.

Source : https://information.tv5monde.com/afrique/algerie-danses-et-chants-ancestraux-pour-le-festival-touareg-de-sebeiba-2661961


Sebeïba

« En 2014, Le rituel et les cérémonies de la Sebeïba dans l’oasis de Djanet, Algérie intègre la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. D’après la description officielle de l’UNESCO, cette cérémonie constitue un marqueur de l’identité culturelle des Touaregs du Sahara algérien. Elle est sublimation des pulsions en ce qu’elle permet à des tribus rivales de s’affronter sur le plan artistique au lieu de le faire sur le plan physique. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sebeïba

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.