Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > « Ce que la guerre a fait de nous » de Romano Bottinelli, au collège des (...)

« Ce que la guerre a fait de nous » de Romano Bottinelli, au collège des Montagnes du Matin à Panissières, dans la Loire

mardi 24 mai 2022, par 4acgweb , Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

La guerre d’Algérie expliquée aux ados

un article de Rodolphe Montagnier, dans Le Pays, 12 mai 2022
rodolphe.montagnier centrefrance.com

Les élèves de 3e du collège des Montagnes du Matin ont assisté à la projection de « Ce que la guerre a fait de nous », documentaire de Romano Bottinelli sur les appelés ayant servi durant la guerre d’Algérie. La séance a été suivie d’un échange avec plusieurs d’entre eux.

« Nous partions au service militaire. Nous ne savions pas que nous allions combattre. » Difficile à croire pour les élèves de 3e du collège des Montagnes du Matin qui ont assisté à la projection de Ce que la guerre a fait de nous, jeudi 5 mai, au Cinéma Beauséjour de Panissières. Mais les témoignages d e Francis, Pierre, Michel et Fernand, quatre anciens appelés qui sont intervenus après la séance, ne laissaient aucun doute : il n’y a pas de « guerre propre » .
Cet échange entre adolescents et anciens appelés s’est déroulé sous la médiation du réalisateur Romano Bottinelli, né à Panissières.

En octobre dernier, Philippe Meunier, professeur d’histoire-géographie du collège de Montagnes du Matin, est convié à l’avant-première de Ce que la guerre a fait de nous, au cinéma panissiérois. Avec ses élèves de 3e, il mène un travail sur les violences du 20e siècle, sur la guerre et ses conséquences et sur les génocides L’enseignant est vite con-vaincu du potentiel éducatif du documentaire de Romano Bottinelli. Il sollicite le réalisateur qui est favorable à ces actions militantes.

Ces 52 mn sont le fruit de huit années de travail de ce fils d’un ancien combattant appelé en Algérie, un père qui n’a jamais parlé, plongé dans une forme de dépression post-traumatique. Pour savoir, comprendre, mais aussi se soigner, le réalisateur est parti à la rencontre d’autres anciens appelés qui expliquent les mécanismes qui ont amené des jeunes de 20 ans à prendre les armes et à tirer sur d’autres hommes, replongent le spectateur dans le contexte de l’époque et au cœur de ce que la France appelait « des opérations de maintien de l’ordre »- mais surtout pas une guerre – et qui font part leurs remords.

« personne n’en parlait jamais »

La peine et la honte transpirent aussi dans ces témoignages d’êtres marqués à vie, à qui personne n’a jamais rien demandé. « Personne n’en parlait et je n’en parlais à personne, pas même à ma famille », explique l’un d’eux. « Un héritage lourd à porter », ajoute Romano Bottinelli qui s’est appuyé sur l’association 4ACG.

De quoi nourrir la réflexion des quelque 70 collégien(ne)s qui ont assisté à la projection. « Il me semble essentiel, dans l’époque troublée que nous vivons, de sensibiliser notre jeunesse à ces questions et de porter au maximum un message transgénérationnel de paix et d’humanisme », explique Philippe Meunier.

À mettre en perspective avec ce que l’Europe vit aujourd’hui avec la guerre, pardon, « les opérations spéciales » comme disent les Russes, en Ukraine.

Source :
https://www.le-pays.fr/panissieres-42360/loisirs/la-guerre-dalgerie-expliquee-aux-ados_14128192/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.