Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Guy de Maupassant en Algérie, un écrivain cinglant envers les (...)

Guy de Maupassant en Algérie, un écrivain cinglant envers les colonisateurs

lundi 20 avril 2020, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

En 1881, le journal Le Gaulois envoie en Algérie Guy de Maupassant, écrivain et journaliste, pour « couvrir » la révolte qui vient de naître. Durant trois mois, il sillonnera l’Algérie pour tenter de comprendre la situation.

Loin de se conformer à la propagande colonialiste de l’époque, il va signer des articles incisifs sur la réalité coloniale, en dénonçant les excès dont il est le témoin. Grâce au pseudonyme qu’il s’est choisi (« un colon »), il se permettra d’aller parfois très loin dans la critique.

Les administrateurs : des ratés ignorants et nuls

Dans le premier article envoyé au journal, il écrit notamment :
« Il faut une connaissance approfondie de chaque contrée pour prétendre l’administrer (…) or, le gouverneur, quel qu’il soit, ignore totalement et absolument toutes les questions de détails et de mœurs. Il ne peut donc que s’en rapporter aux administrateurs qui le représentent.
Quels sont ces administrateurs ? Des colons ? Des gens élevés dans le pays, au courant de tous ses besoins ? Nullement ! Ce sont simplement les petits jeunes gens venus de Paris à la suite du vice-roi, les ratés de toutes les professions, ceux qui s’intitulent les « attachés » des grandes administrations. Or, cette classe d’ « attachés », ou plutôt de déclassés ignorants et nuls, est pire ici que partout ailleurs. On ne nous expédie que les tarés ».
Plus loin : « les soldats, qui ont besoin d’avancement (…) ont fait accepter par tout le monde cette doctrine que l’Arabe demande à être massacré ; et on le massacre à toute occasion. Quand on manque d’occasions, on le bat comme plâtre, on le pille, on le ruine et on le force à mourir de faim (…) Je suis colon et je me révolte, et je proteste, comme homme et comme colon, contre les moyens qu’on emploie pour livrer à l’Européen cet admirable pays où il y aurait de la place pour tout le monde. »

« Une révolte qui peut devenir une guerre générale »

Dans une seconde chronique, toujours sous le pseudonyme d’ « Un colon », il écrit : « Rien ne peut donner une idée de l’intolérable situation que nous faisons aux Arabes. Le principe de la colonisation française consiste à les faire crever de faim (…). On sait l’histoire des massacres de Saïda, l’évacuation des champs d’alfa, les razzias des fermes et la déroute du colonel Innocenti, dont les approvisionnements sont restés aux mains des révoltés. C’est que les rebelles ne se battent aujourd’hui que pour les vivres, ou plutôt pour vivre…
En somme, tout se borne à une guerre de maraudeurs et de pillards affamés. Ils sont peu nombreux, mais hardis et désespérés comme des hommes poussés à bout. Mais comme le fanatisme s’en mêle, comme les marabouts travaillent sans repos la population, comme le gouvernement français semble accumuler les âneries, il se peut que cette simple révolte, insurrection religieuse avortée, devienne enfin une guerre générale que nous devrons surtout à notre impéritie et à notre imprévoyance ».

C’est nous qui avons l’air de barbares

En cette époque de colonialisme triomphant, Maupassant est l’un des seuls à critiquer avec autant de vigueur le système colonial. Et l’un des rares à s’intéresser au point de vue indigène. Passant à Alger, il aura cette réflexion : « Dès les premiers pas, on est gêné par la sensation du progrès mal appliqué à ce pays. C’est nous qui avons l’air de barbares au milieu de ces barbares, brutes il est vrai, mais qui sont chez eux, et à qui les siècles ont appris des coutumes dont nous semblons n’avoir pas encore compris le sens. Nos mœurs imposées, nos maisons parisiennes, nos usages choquent sur ce sol comme des fautes grossières d’art, de sagesse et de compréhension. Tout ce que nous faisons semble un contresens, un défi à ce pays, non pas tant à ses habitants premiers qu’à la terre elle-même ».

https://www.franceculture.fr/emissions/cetait-a-la-une/1881-maupassant-se-fait-reporter-incisif-dans-lalgerie-francaise
https://www.retronews.fr/search#allTerms=guerre%20d%27Alg%C3%A9rie&sort=score&publishedBounds=from&indexedBounds=from&page=1&searchIn=all

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.