Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Il y a 56 ans : le massacre de Charonne

Il y a 56 ans : le massacre de Charonne

jeudi 8 février 2018, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 7 février 1962, à Paris, des charges de plastic explosent en plein après-midi. L’OAS sème la terreur. Des personnalités politiques, des universitaires, des écrivains, des journalistes sont les cibles privilégiées. Le soir même, des organisations syndicales, politiques, étudiantes, se réunissent et décident de s’opposer en appelant pour le lendemain à une grande manifestation populaire.

Le 8 février, 60000 manifestants se réunissent autour de la Bastille. Plusieurs cortèges convergent vers la Place dans le calme et la dignité. Alors que la dislocation est annoncée, des brigades spéciales d’intervention, à la hauteur du métro Charonne, chargent sans motif avec une violence et une brutalité inouïes. Des centaines de manifestants sont matraqués, jetés à terre, refoulés dans la bouche du métro. Des policiers jettent des grilles d’arbres en fonte sur les gens entassés, sans aucun discernement, hommes, femmes, enfants. On apprendra dans la soirée que cette répression aveugle a fait huit morts et 250 blessés. Un neuvième décès surviendra dans les semaines qui suivront.

Le 13 février suivant, plus d’un million de personnes rendront hommage aux victimes, dans une marche silencieuse de la Place de la République au cimetière du Père-Lachaise.

Jeudi 8 février 2018, hommage sera rendu aux victimes de ce jour funeste de 1962. Après un dépôt de gerbe, à 11h30, au métro Charonne, on se dirigera à 13h vers le cimetière du Père-Lachaise, pour se recueillir au pied du monument élevé à la mémoire des victimes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.