Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents (bibliographie, filmographie…) > L’Art de perdre : saga d’une famille algérienne

L’Art de perdre : saga d’une famille algérienne

vendredi 24 novembre 2017, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

La jeune romancière Alice Zeniter a reçu le 16 novembre le prix Goncourt des lycéens pour son roman L’Art de perdre, exploration méthodique par le langage des histoires de l’Algérie et de l’immigration.

Sur plus de 500 pages, Alice Zeniter tisse une saga familiale contemporaine, qui s’ouvre en Kabylie dans les années 1930 avec Ali, et se ferme en France avec Naïma, une jeune française d’origine algérienne, petite-fille d’Ali.

Entre deux, la guerre pour l’indépendance a fait de ce dernier un harki. L’immigration et le racisme ont fait de son fils, Hamid, un jeune révolté. L’histoire rattrape Naïma, que la France renvoie sans cesse à l’histoire de sa famille. Les titres des trois chapitres éclairent : « L’Algérie de Papa », « La France froide » et « Paris est une fête » .

L’Art de perdre, d’Alice Zeniter, Flammarion, 2017.
ISBN : 2081395533

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.