Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > L’opposition des intellectuels à la colonisation et à la guerre d’Algérie : (...)

L’opposition des intellectuels à la colonisation et à la guerre d’Algérie : une trentaine d’intervenants pour des contributions nouvelles

mardi 1er février 2022, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’opposition des intellectuels à la colonisation et à la guerre d’Algérie, tel était le thème du colloque qui s’est tenu du 20 au 22 janvier à l’Institut du Monde Arabe et à la Bibliothèque Nationale de France à Paris. Initié et organisé par Tramor Quemeneur et Tassadit Yacine, ce colloque s’inscrivait dans le cadre des propositions faites à l’automne dernier par Benjamin Stora au président de la République.

source : Arab News, samedi 29 janvier 2022

Pour l’anthropologue Tassadit Yacine, directrice à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales), « c’est la première fois, en France, en 2022, soit soixante ans après l’indépendance, qu’un colloque officiel sur l’Algérie est organisé(… ) Il y a une décision politique qui offre la possibilité de traiter et de parler de la guerre d’Algérie, de la colonisation. C’est un geste symbolique et politique à la fois qui nous permet de travailler en totale liberté. La levée de ce tabou sur l’Algérie est très importante […]. Il y a des générations d’Algériens de France ou de Français d’Algérie qui doivent absolument savoir certaines choses […], car c’est une guerre qui a aussi eu des effets en France. L’immigration a beaucoup fait pour l’indépendance de l’Algérie », explique-t-elle.

Pour l’historien Tramor Quemeneur, « l’opposition, qui a existé depuis le début de la colonisation, est méconnue. Cet événement avait justement pour objectif de mettre en lumière les contestations et les critiques du système colonial et il a abordé les oppositions intellectuelles au niveau international – en Europe, en Afrique et dans les autres régions du monde ».

Auteure d’ « Algérie 1954-1962, la torture en question : le dossier Jean Muller » (Dahleb, Alger, 2013), et de « La Guerre d’Algérie à travers cinq journaux catholiques métropolitains 1954-1958 » , Malika el-Korso a relaté le parcours de Robert Barrat, l’une des figures les plus emblématiques des catholiques de gauche dans la lutte anticoloniale. Quant à Marie-Pierre Ulloa, auteure de « Francis Jeanson, un intellectuel en dissidence, de la Résistance à la guerre d’Algérie » (Stanford University Press, 2008), et de l’ouvrage « Le Nouveau Rêve américain, du Maghreb à la Californie » (CNRS Éditions, 2019), elle a présenté le réseau clandestin du philosophe sartrien français Jeanson, dont les membres ont pris fait et cause pour l’indépendance de l’Algérie et pour les membres du FLN en France.

Apaiser l’histoire mémorielle

Un grand nombre de participants au colloque espèrent que cette initiative sera suivie d’autres événements autour de la question mémorielle entre l’Algérie et la France, méconnue des jeunes générations. Les travaux de recherche, qui ont pour vocation d’apaiser l’histoire mémorielle entre les deux pays, exigeraient des protagonistes qu’ils tiennent compte de la complexité, de l’ambiguïté et de la contradiction de certaines prises de position durant la période coloniale et la guerre d’Algérie.

Trente-quatre intervenants ont participé à ce colloque

Parmi eux, Jacques Frémeaux, professeur émérite d’histoire à la Sorbonne, a publié une vingtaine d’ouvrages ; Tiffany Tavernier, romancière et scénariste ; Gilles Manceron, historien, membre de la Ligue des droits de l’homme ; Christian Phéline, historien ; Anne-Bérangère Rothenburger, conservatrice des bibliothèques ; Michel Carassou, éditeur et écrivain ; Malika al-Korso, historienne, université d’Oran ; Zineb Ali Benali, professeure honoraire à l’université Paris 8 ; Marie-Pierre Ulloa, de la Stanford University ; Tramor Quemeneur, qui enseigne dans les universités Paris 8 et Cergy-Pontoise ; Andrea Brazzoduro, de l’université Ca’ Foscari de Venise ; Tassadit Yacine, anthropologue, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et membre du laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France.

https://www.arabnews.fr/node/197171/france?fbclid=IwAR25Bhz8wu5CMSKG6PPmjdKXwG8hhyS4SRGOF2_9Vdc7Qwj-JBM1gAGnoek

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.