Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents > « Paris 1961. Les Algériens, la terreur d’Etat et la mémoire », par Jim House (...)

« Paris 1961. Les Algériens, la terreur d’Etat et la mémoire », par Jim House et Neil MacMaster

samedi 2 octobre 2021, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Histoirecoloniale.net, 7 septembre 2021

Paris 1961. Les Algériens, la terreur d’Etat et la mémoire est une somme historique de référence sur la répression meurtrière du 17 octobre 1961. Publié en anglais en 2006, traduit en français en 2008, ce livre des historiens britanniques Jim House et Neil MacMaster est réédité en livre de poche le 16 septembre 2021, à l’occasion du 60e anniversaire du massacre. Il comprend une nouvelle introduction et une postface inédite de l’historien algérien Mohammed Harbi.

Le 17 octobre 1961, des dizaines d’Algériens furent tués par balles ou assommés et jetés dans la Seine par la police parisienne alors qu’ils manifestaient pacifiquement, à l’appel du Front de libération nationale, pour l’indépendance de l’Algérie et contre le couvre-feu discriminatoire que leur avait imposé le préfet de police Maurice Papon. Paris 1961 fait l’analyse exhaustive de cette violence et de ses séquelles.
Jim House et Neil MacMaster démontrent que ce massacre constitua le paroxysme d’une répression couramment pratiquée par les autorités françaises à l’encontre des immigrés algériens. L’État français importa progressivement en métropole la violence qu’il déployait au Maroc et en Algérie depuis les années 1940 dans sa lutte contre les nationalismes d’indépendance. Des tactiques institutionnalisées, dont la torture et l’assassinat, furent ainsi mises en œuvre jusqu’à Paris pour démanteler le FLN.
L’ouvrage analyse également l’occultation officielle de ce massacre, qui ne suscita pas de réaction de masse au sein de la gauche et rencontra l’ambivalence des dirigeants nationalistes algériens avant de lentement réémerger dans les mémoires en France et en Algérie.
Événement brûlant de l’histoire contemporaine, la répression policière du 17 octobre 1961 témoigne du rapport trouble que la France entretient avec son passé colonial.

L’ouvrage aborde trois questions centrales

Comment expliquer le violence d’octobre 1961 dans la longue durée ? comment expliquer la marginalisation sociale et politique de cette violence pendant les nombreuses années suivant les événements ? comment expliquer les résurgences mémorielles, les formes qu’elles ont prises, et les significations politiques et sociales que de telles résurgences ont revêtues depuis les années 1970 ?
La communication présentée par les deux auteurs le 21 juin 2006 à l’Université de Leeds, en Angleterre, propose des pistes d’explication. Accessible par le lien suivant :

https://histoirecoloniale.net/Paris-1961-Les-Algeriens-la-terreur-d-Etat-et-la-memoire-par-Jim-House-et-Neil.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.