Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > Une intervention scolaire pas comme les autres

Une intervention scolaire pas comme les autres

mardi 20 février 2018, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Chaque trimestre, le Lycée Gabriel Fauré de Paris organise ce que ses responsables appellent une soirée « Clio », sur un thème particulier. Ayant entendu parler de la 4acg, ils ont tout naturellement fait le lien avec le programme d’histoire incluant la guerre d’Algérie. Et c’est ainsi que nous avons participé à une rencontre atypique dans ce lycée parisien !

Atypique, la rencontre l’était vraiment ! Habituellement, nous nous retrouvons face à une, deux ou trois classes de 1re ou terminale, pour un échange, intervenants sur l’estrade, assistance dans l’amphi. Ce mardi 13 février, rien de tel ! L’enseignant nous avait prévenus : on ne la jouera pas classique. Et en effet, rien de classique ce soir-là.

D’abord, la rencontre a lieu après les heures de cours. Donc sur volontariat total : les élèves qui ne sont pas intéressés ont toute liberté de partir. Ensuite nous nous sommes retrouvés non seulement devant les élèves qui avaient fait le choix de rester, mais aussi avec certains de leurs parents, et plusieurs enseignants du lycée, toutes disciplines confondues. Aucun cadre formel, c’est ouvert à tous !
Cette absence de contrainte a sans aucun doute été favorable à l’expression de chacun, puisque les prises de parole se succédaient sans interruption, aussi bien de la part des jeunes que des adultes. Et nous, appelés, réfractaire, et ancien maquisard, nous intervenions au gré de notre « inspiration », et ainsi les échanges se faisaient d’une manière très libre, l’enseignant invitant ayant choisi lui-même tout en étant vigilant, de rester très discret. Il s’est contenté d’organiser la soirée, pour l’introduction de laquelle il a projeté « Retour en Algérie » film qui, manifestement, a beaucoup impressionné l’assistance, et a été à l’origine de questions précises sur les opérations militaires, l’obéissance et la torture. Mohammed, ancien maquisard condamné deux fois à mort, gracié par De Gaulle, a été très sollicité. Comme Jean, ancien réfractaire, au sujet du refus d’obéissance.
A la fin de la rencontre, les discussions ont continué dans les couloirs… et sur le trottoir, le lycée ayant dû fermer ses portes !

Nous avons été conquis par cette formule particulière de rencontre, qui donne aux participants une grande liberté dans la disponibilité et l’expression. Quant à nous, nous sommes prêts à renouveler l’expérience !

Le site internet du lycée a fait un article pour annoncer cette soirée que vous pouvez lire ici.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.