Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents (bibliographie, filmographie…) > Documents audiovisuels > Films de Mehdi Lallaoui

Films de Mehdi Lallaoui

mardi 15 avril 2008, par 4ACG , Hubert Rouaud

Version imprimable de cet article Version imprimable

Au Nom de La Mémoire

http://aunomdelamemoire.over-blog.com/

- Le silence du fleuve (1991)

C’est un film sur la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris le 17 octobre 1961.

Un morceau d’histoire dont la France a toujours honte.

Ce documentaire réalisé par Mehdi Lallaoui et Agnès Denis montre avec des documents d’époque les horreurs d’une répression , dirigée par le préfet Papon,

La police n’ y a pas complètement perdu son âme puisque quelques policiers courageux témoignent dans ce film des excès ( le mot est faible puisqu’il y a eu des assassinats…) de ce « maintien de l’ordre » à Paris.

Ce document est mis à la disposition des correspondants régionaux de l’association avec l’accord du réalisateur, Mehdi Lallaoui, qui est un Ami de l’association.

Les massacres de Sétif, un certain 8 mai 1945 (1995)( 56 min)

Patientez un peu pour le téléchargement de l’intégralité du film


Les massacres de Sétif, un certain 8 mai 1945 par smallflume

- Trois films sur l’immigration (1997)

  • « D’ici et d’ailleurs », 1851-1918,
    Couvrant la période allant de la deuxième moitié du XIXe siècle à la fin de la Première Guerre mondiale, ce film explique les raisons de l’immigration et s’intéresse à la contribution des étrangers en France dans des domaines aussi variés que l’industrialisation, la progression du mouvement ouvrier ou la défense du pays lors de la Première Guerre mondiale ainsi qu’à leur apport dans la culture.

Production : France 3, Mémoires Vives Productions, 1997
Durée totale : 56 min

  • « Du pain et de la liberté », 1919-1939, 52 min
    Ce document est le second d’une série de trois émissions, intitulée « Un siècle d’immigrations en France ». Le titre « Du pain et de la liberté » évoque les difficultés économiques et politiques de l’entre-deux-guerres, à l’origine de mouvements migratoires bien plus importants que dans la période précédente. Ces migrations correspondent à la fois à la
    demande impérative de la France, dépeuplée par la Première Guerre mondiale, et à une
    nécessité pour les populations fuyant la misère ou les persécutions. Le film utilise largement
    les archives cinématographiques et de nombreux témoignages d’hommes et de femmes, de
    générations différentes, témoins directs des événements ou héritiers de ce passé difficile et
    mouvementé, mais qui, tous, disent leur double attachement, à leurs racines et à leur pays
    d’accueil. L’évocation des mesures très différentes, prises par l’État français dans cette
    période, montre aussi une prise de conscience plus nette de l’immigration par les Français que
    dans la période précédente. Elle révèle également les changements de réaction de l’opinion,
    que l’on retrouve dans les récits des différents témoins.

Production : France 3, Mémoire Vives Productions, 1997
Durée totale : 55 min

  • « Étranges étrangers », 1939-1974, 52 min
    Ce dernier film traite de l’arrivée en France, de 1939 à 1974, de populations venues du Sud : péninsule Ibérique et Maghreb. Dans leurs récits, des immigrés ou des descendants d’immigrés évoquent leur participation à la guerre, puis leur rôle dans une France qui a besoin de main-d’¢uvre.

Production : France 3, Mémoire Vives Productions, 1997
Durée totale : 55 min

- Retour à l’Ile Seguin (2004)

- Retour sur Ouvéa 70’(passé sur ARTE en 2008)

C’était il Y a vingt ans et quelques jours. Sur Ouvéa, une petite île située dans l’archipel des Loyauté, à l’est du « caillou » de Nouvelle-Calédonie, des indépendantistes canaques tuent quatre gendarmes de la brigade de Fayaoué, et prennent en otages 26 autres gendarmes présents sur les lieux. Ils les emmènent dans une grotte à des kilomètres, au fond d’une forêt inextricable, où va se dérouler un bras de fer qui va tenir durant deux semaines le pays en haleine.

Les indépendantistes ont soigneusement choisi leur moment : ils attaquent à Fayaoué le 22 avril 1988, deux jours avant le premier tour de l’élection présidentielle qui conduira le Premier ministre Jacques Chirac et le président de la République François Mitterrand une seconde fois devant les électeurs, le 8 mai. Le chef des preneurs d’otages, Alphonse Dianou, n’entend rien obtenir de moins, par son action, que l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie.

Mais croyant avoir bien choisi son moment, il s’est lourdement trompé : ce n’est pas entre les deux tours d’une élection présidentielle que les deux candidats, qui sont aussi les deux chefs de l’exécutif, vont faire preuve d’apathie ! L’assaut de la grotte aux otages, opération Victor, sera donné le 5 mai par le 11 e Choc de la DGSE, le commando Hubert de la Marine nationale, et le 17e régiment de génie parachutiste qui utilisera un lance-flamme. Deux hommes du 11e Choc perdront la vie, de même que dix-huit preneurs d’otages. Parmi ces derniers, quinze mourront les armes à la main, sans que polémique s’ensuive. Mais les morts de trois autres canaques, dans des conditions qui ne sont pas totalement éclaircies à ce jour, soulèveront de violentes controverses.

- En finir avec la guerre

Les trois premiers films sont passés sur France ô en octobre 2009
La trilogie appelée “En finir avec la guerre comportait à l’origine 3 films de 52 minutes

  • Le premier, réalisé en 2006, raconte l’engagement d’un acteur français très courageux qui fut un « porteur de valise » pour le FLN et pour ce fait condamné à 10 années de prison. Il s’intitule :« Jacques Charby, porteur d’espoir » ; détails en annexe.
  • Le second, réalisé en 2007,« Les parfums de ma terre » raconte la vie de deux pieds noirs qui ont vécu à Guelma, près de Sétif, après les massacres de l’armée française, et qui ne sont pas des nostalgiques de l’Algérie française contre lesquels l’un des deux se bat aujourd’hui près de Perpignan. Renseignements en annexe.
  • Le troisième tourné en 2008, reprend le titre de la trilogie “En finir avec la guerre" et s’appuie sur les témoignages et l’action de notre association. Il est passé sur France ô début 2010 avec les 2 autres films de la trilogie. Il est produit par FR3 Corse et a reçu l’aide du Centre National de la Cinématographie.

Commenté par Bernard Langlois il repose sur les témoignages de 8 adhérents et amis de l’association entrecoupés de séquences de l’AG de Guidel, du village de Tazla, de la séance de débat au lycée de Montpellier et de nombreuses archives des actualités de l’époque.
Film passé en avant-première à TOURS le 14 mars 2009.

- Il existe désormais un coffret de 5 DVD, qui outre les trois précédents, contient deux nouveaux documentaires :

  • « Le manifeste des 121 » auquel nous avons déjà consacré un article sur ce site contenant un extrait du film.
  • « Vu de l’autre coté ». L’historien Mohamed Harbi, ancien responsable clandestin du FLN en France, explique la guerre « de l’auter coté » en s’appuyant
    sur des témoignages de combattantes et combattant de la guerre de libération.

En finir avec la guerre (2008)( 56 min)

Patientez un peu pour le téléchargement de l’intégralité du film

« Antillais d’ici »

Une co-production : Mémoires Vives Production- France Télévisions Pôle RFO
Durée : 52 minutes
Plus d’un demi-million de Français originaires des Antilles vivent en métropole et résident principalement autour de Paris.Ils
sont venus massivement en France dans les années soixante et soixante-dix dans l’espoir d’une vie meilleure,encouragés par
le BUMIDOM, le bureau pour le développement des migrations dans les départements d’Outre-Mer.
Durant une année, Mehdi Lallaoui,le réalisateur de ce documentaire est allé à la rencontre de quelques uns d’entre eux.

Film présenté en avant-première le 23 novembre 2009 à l’ auditorium de la Mairie de Paris.

(Ce documentaire a été diffusé le lundi 7 décembre à 20.35 sur France Ô)

- A propos du 17 octobre 1961, à l’occasion du 50e anniversaire. Préface d’ « octobre à Paris » le film de jacques Panigel (ressorti d’un long silence…).
Avec des interviews de Daniel Mermet, Jean-Luc Einaudi, Gilles Manceron, Nicole Rein et René Vautier. Réalisé en 2011.

Dernier documentaire visible en exclusivité sur le site ICI

G. ok

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.